Le gouvernement dit à l'ONU qu'il est en passe d'atteindre les objectifs climatiques pour la production d'électricité

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Le Canada semble prêt à remporter une victoire sur le changement climatique, selon un récent rapport du gouvernement soumis aux Nations Unies.

Le rapport fédéral déposé le mois dernier indique que le Canada est en voie de respecter l'un de ses engagements cruciaux en matière de changement climatique – produire au moins 90% de l'électricité non industrielle à partir de sources sans émissions d'ici 2030.

"Oui, c'est une bonne nouvelle", a déclaré David Sawyer, du Smart Prosperity Institute, un institut de recherche et d'élaboration des politiques de l'Université d'Ottawa.

"Cela montre que les provinces et le gouvernement fédéral ont fait beaucoup et qu'ils ont réussi à faire plus que nous ne le pensions."

Le rapport prévoit que d'ici 2030, environ 536 terrawatts d'électricité proviendront de la production hydroélectrique, nucléaire et renouvelable. Il prévoit que seulement 55 terrawatts seront produits à partir de combustibles fossiles.

Cela n'inclut pas l'énergie produite par l'industrie pour son propre usage. On prévoit qu'environ 44% de ces émissions proviendront de sources non émettrices, mais le montant total généré est beaucoup plus faible.

L'évaluation est basée sur les politiques déjà en place et au moins partiellement mises en œuvre. Si les projections se réalisent, cela signifiera que les rejets des services publics d'électricité – l'une des principales sources d'émissions du Canada – auront diminué de 80% depuis 2005.

"Nous avons abattu près de 100 mégatonnes de notre objectif", a déclaré Sawyer. "C'est une réduction très importante depuis 2005."

Pas plus tard que l'an dernier, le Canada devrait atteindre 85% de production d'électricité sans émissions – un autre dans la liste des lacunes attendues dans les engagements internationaux du pays.

Sawyer attribue la plupart des réductions supplémentaires à de meilleures connexions hydroélectriques entre les provinces et aux nouvelles règles fédérales qui attribuent les coûts du carbone au gaz naturel.

"C'est la raison pour laquelle nous sommes sur la bonne voie", a-t-il déclaré.

Le succès prévu prouve qu'une législation efficace sur le changement climatique peut combiner les réglementations et les taxes sur le carbone, a déclaré Sawyer. La réglementation a forcé la fermeture de la production d'électricité au charbon, mais les taxes ont fait l'impulsion finale.

"Cet argument soit / ou, la réglementation ou la taxe sur le carbone, n'est pas vraiment la façon dont les gouvernements font la réglementation", a déclaré Sawyer. "Nous avons besoin des deux et nous utilisons les deux."

Dans l'ensemble, le Canada aura encore un long chemin à parcourir.

Les politiques actuelles devraient réduire les émissions du pays à 673 mégatonnes d'ici 2030. L'objectif est de 511 mégatonnes.

Le rapport à l'ONU promet de nouvelles mesures sur les changements climatiques, comme une norme sur les carburants propres qui vise à amener le Canada à 77 mégatonnes de son objectif. Mais le document n'offre aucune réponse ferme sur la façon de combler cet écart final.

Le Canada s'est engagé à réduire les émissions de gaz à effet de serre de 30% par rapport aux niveaux de 2005 d'ici 2030 et a promis d'être neutre en carbone d'ici 2050.

Ce rapport de La Presse canadienne a été publié pour la première fois le 13 février 2020

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus