People

Juriste Weinstein: le mouvement «MeToo» n'a pas été un facteur dans le procès

NEW YORK —
Le jury qui a condamné Harvey Weinstein pour viol et agression sexuelle n'a pas tenu compte des implications du procès pour le mouvement #MeToo, a déclaré l'un des jurés dans une interview diffusée vendredi.

"Non, zéro, absolument zéro", a déclaré le juré Drew Malbin sur "CBS This Morning". "Parce que ce n'est pas le travail et ce n'est pas ce qu'on nous a demandé de faire."

Il a ajouté: "Ce serait une falsification du processus de prendre des facteurs extérieurs et de peser sur notre processus de prise de décision et les conclusions éventuelles."

Weinstein, 67 ans, a été reconnu coupable lundi d'avoir violé une actrice en herbe dans une chambre d'hôtel de New York en 2013 et d'avoir agressé sexuellement l'assistante de production Mimi Haleyi dans son appartement en 2006. Il risque la possibilité de plusieurs années de prison lors de sa condamnation en mars.

Malbin, qui a été identifié dans l'interview de CBS par son seul prénom, a déclaré que le jury avait pris soin de prendre une décision basée sur la loi et les preuves.

Il a déclaré que le témoignage de l'actrice au sujet de l'agression de 2013 justifiait un verdict de culpabilité sur l'accusation de viol au troisième degré, une accusation moindre que la condamnation au premier degré demandée par les procureurs.

"Ce n'était pas un viol au premier degré", a déclaré Malbin. "Il n'y avait pas de contrainte physique avec la menace de lésions corporelles ou de mort. Mais aucun consentement n'a été donné, malgré un manque de résistance physique, et une personne raisonnable aurait dû savoir qu'il n'y avait pas eu de consentement dans ce cas."

Weinstein a déclaré que tout contact sexuel était consensuel. Ses avocats ont promis de faire appel de la condamnation.

Au début du procès, le juge James Burke a averti les jurés: "Ce procès n'est pas un référendum sur le mouvement #MeToo".

Weinstein, l'ancien magnat hollywoodien, a un dos blessé et d'autres problèmes de santé et a été dans l'aile de l'hôpital de Bellevue pour les prisonniers en attendant son transfert au complexe pénitentiaire de Rikers Island à New York.

Interrogé par Gayle King de CBS si Weinstein devrait être en prison, Malbin a répondu: "Ce n'est pas à moi de le dire."

"Vous savez, je pourrais dire qu'un homme de son âge et de sa santé actuelle, la population générale de Rikers sonne comme un endroit assez dangereux", a déclaré Malbin.

Vendredi également, une transcription judiciaire récemment scellée a montré que les avocats de Weinstein voulaient que le chef du jury donne le coup d'envoi pour avoir souri au procureur Joan Illuzzi-Orbon alors qu'il quittait la salle d'audience après une journée de délibérations tendue. Illuzzi n'a pas répondu au juré.

L'avocat de Weinstein, Damon Cheronis, a demandé le renvoi de Bernard Cody le 21 février, juste après que le jury a envoyé une note indiquant qu'il était dans l'impasse sur les deux accusations les plus graves, mais avait rendu un verdict unanime sur d'autres.

"Alors que nous partions, Mme Illuzzi était assise sur sa chaise. Le premier juré s'est approché et a regardé dans sa direction, a souri et a dit que le week-end était bon ou bon", s'est plaint Cheronis lors d'une discussion précédemment close au banc des juges.

"Je pense que c'est pour le moins problématique", a ajouté l'avocat.

Burke a rejeté la demande de Cheronis de retirer Cody du jury, disant: "Rien de mal avec le juré numéro un, qui souriait simplement quand il a quitté la salle d'audience."

La transcription de l'échange a été fournie aux journalistes qui se sont plaints que les officiers de justice avaient eu tort de les chasser de la salle d'audience pendant la discussion.

Après un week-end de congé, les jurés n'ont pris que deux heures de délibérations supplémentaires pour parvenir à un verdict sur toutes les accusations. Par la suite, Cody a déclaré aux journalistes que le processus était "dévastateur". Il n'a pas élaboré.

L'Associated Press n'identifie généralement pas les personnes qui se disent victimes de crimes sexuels à moins qu'elles n'accordent la permission, comme l'a fait Haleyi.

Comments

0 comments

Loading...

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

Veiller activer le bloqueur de publicité afin de naviguer sur notre site. Merci pour votre compréhension.

Send this to a friend