Laminute.info: site d'actualité générale

Une Indonésienne emprisonnée pour avoir dénoncé le « harcèlement » de son patron

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

La plus haute juridiction indonésienne a rejeté l’appel d’une femme condamnée à six mois de prison pour avoir enregistré et partagé une conversation téléphonique avec son patron afin de prouver qu’il la harcelait sexuellement.

La Cour suprême a déclaré que Baiq Nuril Maknun était coupable d’avoir propagé du matériel « indécent ».

Son patron l’a dénoncée à la police en 2015 après la diffusion de l’enregistrement.

Les groupes de défense des droits ont condamné cette décision.

Nuril s’était plaint d’avoir reçu des coups de fil obscènes du directeur de l’école où elle travaillait à Mataram, une ville de l’île de Lombok.

Elle a enregistré l’un des appels téléphoniques dans lesquels le chef d’établissement aurait fait des commentaires sexuellement explicites et abusifs. L’enregistrement a ensuite été distribué au personnel de l’école et soumis au responsable de l’agence d’éducation locale. Il est également devenu viral sur les médias sociaux.

Le chef d’établissement – dont les documents judiciaires indiquent que son emploi a été perdu après la diffusion de l’enregistrement – l’a dénoncée à la police pour avoir distribué l’enregistrement de leur conversation.

La Cour suprême l’a déclarée coupable en novembre de « violation de la décence » en vertu de la loi indonésienne sur l’information et les transactions électroniques. Jeudi, elle a rejeté ses efforts pour faire annuler le verdict, affirmant qu’elle n’avait pas réussi à produire de nouvelles preuves.

« Son contrôle judiciaire a été rejeté parce que son crime a été prouvé légalement et de manière convaincante », a déclaré le porte-parole du tribunal, Abdullah, à l’agence de presse AFP.

Le tribunal a également confirmé une amende de 500 millions de roupies (35 200 $).

Nuril a fait valoir qu’elle n’avait pas distribué pas l’enregistrement, affirmant qu’un ami l’avait retiré de son téléphone portable.

Son avocat, Joko Jumadi, a déclaré à la BBC Indonésienne que son client était « prêt à accepter le verdict » du tribunal mais qu’elle espérait qu’elle serait la « dernière victime à faire l’objet de poursuites pénales » pour avoir dénoncé le harcèlement sexuel en Indonésie.

Il a dit qu’elle était « relativement calme » en entendant la décision du tribunal.

La dernière décision ne peut faire l’objet d’un appel, mais son équipe juridique a déclaré qu’elle demanderait l’amnistie du président indonésien, Joko Widodo.

Il a précédemment déclaré qu’il examinerait une demande de réhabilitation si elle échouait dans ses recours en justice. Mais ses avocats disent qu’ils ne veulent pas de grâce, car leur cliente n’a pas commis de crime.

L’affaire a suscité l’indignation en Indonésie, des groupes de défense des droits avertissant que le verdict envoie un message inquiétant aux victimes de harcèlement sexuel.

« Nous sommes préoccupés par l’impact de cette décision car elle ouvre la porte aux auteurs de violences sexuelles pour qu’ils criminalisent les victimes », a déclaré Ade Wahyudin, directeur exécutif de la Fondation d’aide judiciaire pour la presse, à l’agence de presse Reuters.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus