RD Congo: Bosco Ntaganda condamné par la CPI pour crimes de guerre

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Un ancien chef rebelle congolais a été reconnu coupable de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité.

Les combattants fidèles à Bosco Ntaganda ont perpétré de terribles massacres de civils, ont déclaré des juges à la Cour pénale internationale (CPI).

Ntaganda, surnommé « Terminator », a été reconnu coupable de 18 chefs d’accusation de meurtre, de viol, d’esclavage sexuel et d’utilisation d’enfants soldats.

Il devient la première personne condamnée pour esclavage sexuel par la CPI.

Ntaganda, qui sera condamné à une audience ultérieure, est la quatrième personne condamnée par la CPI depuis sa création en 2002. Il dispose de 30 jours pour faire appel de ces condamnations.

L’ancien rebelle âgé de 46 ans a été impliqué dans de nombreux conflits armés au Rwanda et en République démocratique du Congo.

Ntaganda s’est rendu à l’ambassade américaine au Rwanda en 2013.

Les analystes ont déclaré qu’il s’agissait d’un acte de conservation de soi, motivé par le danger qu’il courait après avoir perdu une lutte de pouvoir au sein de son groupe rebelle du M23.

Qu’est ce qu’il a fait?
Un tribunal de trois juges a déclaré Ntaganda coupable des 18 chefs de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité commis dans la région du nord-est de l’Ituri, riche en minerais, entre 2002 et 2003.

Ntaganda était un « dirigeant clé » qui avait donné l’ordre de « cibler et de tuer des civils », a déclaré le juge Robert Fremr dans la décision.

Les procureurs avaient déclaré que Ntaganda était un élément clé dans la planification et la conduite des opérations pour les rebelles de l’Union des patriotes congolais (UCP) et sa branche militaire, les Forces patriotiques pour la libération du Congo (FPLC).

Le groupe armé a mené des attaques contre des personnes considérées comme n’appartenant pas à l’ethnie Hema, a déclaré la CPI.

Lors d’une attaque, des combattants ont tué 49 personnes capturées dans un champ de bananes derrière un village à l’aide de « baguettes, bâtons, couteaux et machettes ».

« Des hommes, des femmes, des enfants et des bébés ont été retrouvés sur le terrain. Certains corps ont été retrouvés nus, d’autres ont eu les mains liées, d’autres ont eu la tête écrasée. Plusieurs corps ont été retrouvés ou mutilés », a déclaré le juge Fremr.

La violence dans la région a tué plus de 60 000 personnes dans la région depuis 1999, alors que les milices se battent pour le contrôle de ressources minérales rares, selon des groupes de défense des droits de l’homme.

Les juges ont statué que Ntaganda avait personnellement tué un prêtre catholique, tandis que les combattants qu’il commandait ont saccagé la région.

Les crimes ont eu lieu lorsque Ntaganda a occupé le poste de chef d’état-major adjoint de Thomas Lubanga – qui était le chef de l’UCP. Il a été la première personne à être condamnée par la CPI en 2012 et condamné à 14 ans.

Toutes les personnes condamnées jusqu’à présent par la CPI sont originaires d’Afrique. Une cinquième personne, Jean-Pierre Bemba, ancien vice-président de la République démocratique du Congo, a été initialement reconnu coupable de crimes de guerre avant d’être jugé en appel l’année dernière.

La Fédération internationale des droits de l’homme (FIDH) a qualifié le jugement de lundi d’une journée de victoire pour les victimes de Ntaganda et d’espoir pour les autres.

Mais dans une déclaration, il ajoute: « Bien que la condamnation de Ntaganda soit une étape importante … et une victoire pour tous ceux qui ont poursuivi en justice pour les crimes commis en Ituri, plusieurs criminels présumés jouissent encore de l’impunité ».

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus