Coupe d’Europe: Toulouse arrache un succès bonifié face au Connacht

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Toulouse a peiné mais a fini par s’imposer, bonus offensif en prime, devant les Irlandais de Connacht (32-17) pour s’installer en tête de la poule 5 de la Coupe d’Europe, samedi devant son public à Ernest-Wallon.

Le 8 décembre à domicile face à Montpellier puis une semaine plus tard dans l’Hérault, le champion de France aura l’occasion d’asseoir sa suprématie dans cette poule, ce qui lui permettra de renforcer ses chances de recevoir jusqu’à la finale. Avantage offert aux meilleures équipes de la phase de poules.

Montpellier, dominé par Connacht la semaine dernière (23-20), affronte Gloucester dimanche.

A Toulouse, force est de constater que le retour des internationaux n’a pas effacé pas tous les maux. Jeudi, le manager Ugo Mola avait déploré les manquements de sa défense, qui « prend des essais trop facilement ». Et a encore craqué deux fois face aux Irlandais.

Il y a aussi chez les champions de France une forme d’inconstance. Ils peuvent être pétillants, comme les 25 premières minutes contre Clermont en Top 14 (34-8), ou encore en deuxième période à Gloucester (25-20). Mais aussi quelconques et commettre de grosses erreurs.

La rencontre contre le Connacht a mis en lumière les failles actuelles toulousaines. Mais aussi peut-être la fatigue de certains internationaux, comme Romain Ntamack. La révélation mondiale de l’année, ouvreur pour la première fois de la saison en club, n’a jamais réussi à lancer le jeu.

La province du Connacht, présentée comme la province irlandaise la plus faible, a su profiter des erreurs toulousaines. A l’image de Tom Farrell qui s’est s’échappé dans un trou et a inscrit un essai transformé par Conor Fitzgerald (0-7, 12e).

Plus tard, c’est Colby Fainga’a qui a bien négocié un trois contre un et ouvert un boulevard à Caolin Blade, lequel a pu conclure (10-14, 25e).

Les Stadistes n’ont toutefois pas perdu leurs ressources mentales. Comme Thomas Ramos qui a servi Sébastien Bézy, lequel a été aplatir entre les poteaux (7-7, 13e). Avant la pause, en supériorité numérique, c’est Yoann Huget qui a marqué en bout de ligne pour remettre son équipe dans le bon sens (15-14, 34e).

Avec un drop, Fitzerald a encore fait douter (15-17, 50e) un peu les champions de France. Mais, comme à Gloucester, c’est l’apport du sang neuf des remplaçants qui a finalement fait pencher la rencontre, le capitaine Jerome Kaino inscrivant un essai en force (25-17, 65e) avant que Pita Ahki n’offre le bonus offensif à la dernière minute.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus