Précarité: les étudiants dans la rue pour des mesures d’urgence

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp
Plus de deux semaines après la tentative d’immolation d’Anas K., les étudiants étaient de nouveau dans la rue mardi pour réclamer des mesures d’urgence face à leurs conditions de vie précaires.Le 8 novembre, Anas K., un étudiant de 22 ans, s’est immolé par le feu devant le siège du Crous à Lyon. Dans un post sur Facebook, il liait son geste à ses difficultés financières.Anas est désormais dans un état stationnaire dans un service de grands brûlés, avec un risque important d’infections, selon ses proches. A Lyon, l’émotion restait vive mardi et plusieurs centaines d’étudiants, la plupart de l’université Lyon 2, dont était originaire Anas, manifestaient, encadrés par des fourgons de police. Ils se sont symboliquement arrêtés devant le Crous. Sur les pancartes, on pouvait lire notamment: « Stop aux précaricides ».Louise Bihan, une des amies d’Anas et militant comme lui au syndicat Solidaires, était présente. « L’Etat doit nous donner un coup de main. Il faut une meilleure prise en charge sanitaire et psychologique pour éviter un nouveau drame », insiste-t-elle. Et comme les cinq organisations étudiantes à l’origine de cette mobilisation, elle réclame une augmentation du montant des bourses étudiantes et du nombre de bénéficiaires, l’augmentation du nombre de logements en cité universitaire ou encore le gel immédiat puis la baisse de leurs loyers.Avec le manque de logements étudiants, « les propriétaires et les entreprises qui offrent des logements étudiants privés s’engraissent sur le dos des étudiants », dénonce un peu plus loin Pierre-Antoine, 23 ans, en master 2 Sciences politiques à Lyon 2, qui défile sous la bannière CGT.Lui aussi doit travailler en intérim ou dans des bars la nuit: « on dort moins et on réussit moins dans les études », témoigne-t-il.Et dans une rare prise de parole, 47 professeurs de Lyon 2 demandent au gouvernement la création d’un groupe de travail « qui proposera des mesures urgentes et ambitieuses pour que cesse la précarité étudiante ». »L’université peut et doit rester ouverte à toutes et à tous. Mais pour cela il est impératif de s’interroger sur la façon dont elle peut faire contrepoids à une telle précarité et prendre véritablement en compte le statut de l’étudiant salarié », alertent ces professeurs, dans une tribune publiée dans Le Monde.- Des semaines de 70 heures -Des manifestations devaient se tenir dans une dizaine d’autres villes en France. »Après ce qu’il s’est passé à Lyon, c’est vital aujourd’hui pour les étudiants comme moi de militer », a déclaré, en marge d’une assemblée générale à la faculté parisienne de Tolbiac, Cloé, 22 ans, étudiante en licence d’histoire. La jeune femme touche une bourse de 420 euros par mois mais doit payer 450 euros de loyer. « Je ne peux aller qu’à la moitié de mes cours parce que je suis obligée de travailler. Et même en faisant ça, c’est compliqué de vivre », a déploré l’étudiante, qui jongle entre un emploi dans un bar à salades et du babysitting.Une autre étudiante en sociologie à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), venue pour l’AG à Tolbiac, traditionnelle place forte des mobilisations étudiantes, est, elle, caissière depuis 6 ans. »Je n’ai pas droit aux bourses, je fais des semaines de 70h parce que je suis obligée de travailler », témoigne-t-elle. « Ca me demande beaucoup d’énergie de continuer à étudier ».Sur le campus de Grenoble, environ 200 étudiants ont défilé derrière une banderole proclamant « ils cassent la fac, on contre-attaque », en marquant des pauses devant la présidence et devant les restos U. Le 12 novembre, des rassemblements dans plusieurs villes de France avaient déjà réuni des centaines d’étudiants en colère. Les manifestations s’étaient alors soldées par des incidents comme des cours perturbés. A Paris, une grille d’entrée du ministère de l’Enseignement supérieur avait été arrachée.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus