Un Saoudien condamne à mort un Yéménite pour avoir poignardé un théâtre espagnol

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Un tribunal pénal saoudien a condamné à mort dimanche un Yéménite pour une attaque au couteau contre une troupe de théâtre espagnole se produisant à Riyad le mois dernier, a annoncé la télévision nationale.

Le tribunal a également condamné un complice à 12 ans et six mois de prison pour l’attentat du 11 novembre que Riyad a lié au groupe militant Al-Qaïda et qui, selon Madrid, a fait quatre blessés.

« Le tribunal pénal rend une décision préliminaire prononçant la condamnation à mort de l’auteur de l’attentat terroriste … à Riyad », a rapporté la télévision officielle Al-Ekhbariya.

L’agresseur, identifié par la police saoudienne comme un Yéménite de 33 ans, a fait une virée à coups de couteau lors d’une comédie musicale dans le parc King Abdullah de la capitale, l’un des lieux accueillant le festival de divertissement de deux mois de la « saison de Riyad ».

La semaine dernière, Al-Ekhbariya a déclaré que l’attaquant avait reçu les ordres d’un dirigeant d’Al-Qaïda au Yémen, mais jusqu’à présent, le groupe n’a revendiqué aucune responsabilité.

Al-Ekhbariya n’a fourni aucun détail sur son complice présumé.

L’Arabie saoudite dirige une coalition militaire soutenant le gouvernement yéménite contre les rebelles Huthi soutenus par l’Iran et a également été impliquée dans la lutte contre Al-Qaïda.

Al-Qaïda dans la péninsule arabique (AQPA), active au Yémen, est considérée par les États-Unis comme la branche la plus dangereuse du groupe radical.

Les observateurs pointent également le rancœur du ressentiment parmi les archi-conservateurs du royaume à cause de la pression du divertissement de plusieurs milliards de dollars.

Le festival de la saison de Riyad fait partie d’une vaste campagne gouvernementale pour ouvrir le royaume aux touristes et diversifier son économie loin du pétrole.

Le prince héritier de facto, le prince héritier Mohammed bin Salman, a poursuivi de vastes réformes sociales qui marquent le plus grand bouleversement culturel de l’histoire moderne du royaume, permettant des concerts mixtes et la réouverture des cinémas.

Bien que les réformes soient extrêmement populaires parmi la population principalement jeune d’Arabie saoudite, elles risquent de mettre en colère les extrémistes religieux de la nation profondément conservatrice.

bur-mah-oh-ac / dr

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus