Le ministre iranien dit que les États-Unis ne lui accorderont pas de visa pour une visite à l'ONU

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

WASHINGTON –
WASHINGTON – Les États-Unis ne délivreront pas de visa au ministre des Affaires étrangères iranien pour se rendre aux Nations Unies plus tard cette semaine, affirmant qu'il n'y avait pas assez de temps pour traiter la demande.

Mohammed Javad Zarif a déclaré mardi à "CBS This Morning" que le secrétaire d'État Mike Pompeo avait informé le secrétaire général de l'ONU, qui lui-même a transmis à Zarif, "qu'ils n'avaient pas eu le temps d'examiner ma demande".

Un responsable américain a confirmé mardi que la demande ne pouvait pas être traitée à temps. Le fonctionnaire n'a pas été autorisé à parler au procès-verbal et a discuté de la question sous couvert d'anonymat.

Le voyage de Zarif aurait été l'occasion pour lui de discuter du meurtre américain d'un haut général iranien à Bagdad la semaine dernière. Ce meurtre ciblé a intensifié les tensions avec l'Iran, qui a juré de riposter.

Cependant, il n'est pas clair que la demande de Zarif ait été officiellement rejetée, ce qui entraînerait des détails juridiques susceptibles d'affecter les futures demandes de visa. Le Département d'État a cité des lois sur la confidentialité des visas qui interdisent la divulgation de ces informations à quelques exceptions près.

Pompeo prévoit de parler aux journalistes mardi matin. Mardi, à la Maison Blanche, le conseiller à la sécurité nationale, Robert O'Brien, a déclaré à "Fox & Friends", "je ne pense pas que le secrétaire Pompeo ait pensé que c'était le bon moment pour M. Zarif de venir aux États-Unis".

"C'est parce qu'ils craignent que quelqu'un s'y rende et dise la vérité au peuple américain", a déclaré Zarif mardi. "Mais ils se trompent. Le monde ne se limite pas à New York. Vous pouvez aussi parler avec les Américains de Téhéran et nous le ferons."

Zarif avait demandé le visa afin de parler jeudi à une session du Conseil de sécurité de l'ONU de l'importance de respecter la charte de l'ONU.

"Chaque fois qu'il vient à New York, il diffuse de la propagande", a déclaré O'Brien. "Je trouve en fait quelque peu ironique que M. Zarif veuille profiter des subtilités diplomatiques de pouvoir venir à New York et venir à l'ONU lorsque sa révolution est née en prenant 52 diplomates américains en otage en Iran et en les retenant" pendant 444 jours. … Il peut certainement appeler à la réunion ou il peut participer par vidéoconférence et sa voix sera entendue s'il veut être entendu. "

En vertu de ses obligations en tant que pays hôte du siège de l'ONU, les États-Unis sont tenus, dans la plupart des cas, de délivrer des visas à des fonctionnaires étrangers pour des réunions au sein de l'organisme mondial. Cependant, il existe des exceptions et les États-Unis ont sévèrement restreint les mouvements de diplomates iraniens à New York dans le passé. Il a également décidé d'interdire les voyages non liés à l'ONU d'autres fonctionnaires étrangers, notamment le procureur en chef de la Cour pénale internationale.

Darlene Superville, journaliste à Associated Press, a contribué à ce reportage.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus