Le jet d'Ukraine International Airlines n'avait que trois ans et a été vérifié il y a deux jours

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

TORONTO –
L'avion de passagers ukrainien qui s'est écrasé peu après le décollage en Iran n'avait que trois ans et demi et avait été entretenu lundi.

Des responsables iraniens ont déclaré à la Presse canadienne qu'ils soupçonnaient un problème mécanique de faire tomber le Boeing 737-800, tuant les 176 personnes à bord, dont 63 Canadiens, près de l'aéroport Imam Khomeini de Téhéran.

Le vol PS752, piloté par Ukraine International Airlines, est parti pour la capitale ukrainienne de Kiev à 6 h 10, heure locale. La compagnie aérienne a déclaré dans un communiqué que le vol "a disparu des radars quelques minutes après le départ".

"L'aéroport de Téhéran est tout sauf simple. Par conséquent, depuis plusieurs années, l'UIA utilise cet aéroport pour dispenser une formation sur un Boeing 737 visant à évaluer la compétence et la capacité des pilotes à agir en cas d'urgence", a déclaré Ihor Sosnovsky, vice-président de l'UIA. des opérations.

«Selon nos dossiers, l'avion a atteint une altitude de 2 400 mètres. Compte tenu de l'expérience de l'équipage, la probabilité d'erreur est minime. Nous n'envisageons même pas une telle chance. "

L'avion avait été retardé du décollage de près d'une heure. Quand il l'a fait, l'avion n'a jamais atteint plus de 8 000 pieds.

Il a percuté un champ à Khalaj Abad, à environ 45 kilomètres au nord-ouest de l'aéroport.

Qassem Biniaz, porte-parole du ministère iranien de la Route et des Transports, a déclaré qu'il semblait qu'un incendie avait éclaté dans l'un de ses moteurs et que le pilote avait perdu le contrôle de l'avion, selon l'agence de presse officielle IRNA.

Le pilote n'a pas pu communiquer avec les contrôleurs de la circulation aérienne à Téhéran dans les derniers instants du vol, selon Hassan Razaeifar, chef du comité d'enquête sur les accidents aériens.

L'avion en question, immatriculé UR-PSR, a été construit en 2016 et livré directement à la compagnie aérienne depuis Boeing, a confirmé l'UIA. La dernière maintenance programmée de l'avion a eu lieu le 6 janvier.

Le président de l'UIA, Yevhen Dykhne, a déclaré que l'avion "était l'un des meilleurs avions que nous avions, avec un équipage incroyable et fiable".

La plus grande compagnie aérienne d'Ukraine a ajouté qu'elle mènera une enquête avec les autorités aéronautiques d'Ukraine et d'Iran, des représentants de Boeing et du Bureau national d'enquête sur les accidents aériens d'Ukraine.

Le ministre des Transports du Canada, Marc Garneau a déclaré que son département "offre une assistance technique à la prochaine enquête".

Le général Abolfazl Shekarchi, porte-parole des forces armées iraniennes, a été cité par l'agence de presse semi-officielle Fars, affirmant que l'avion avait été renversé par un missile.

"Les rumeurs sur l'avion sont complètement fausses et aucun expert militaire ou politique ne l'a confirmé", a-t-il déclaré.

Les autorités ont déclaré avoir trouvé les soi-disant boîtes noires de l'avion, qui enregistrent les conversations dans le poste de pilotage et les données des instruments.

L’accident d’Iran a été le premier incident mortel impliquant l’UIA, selon Reuters.

Fondée après l'effondrement de l'Union soviétique en 1992, l'UIA opère depuis l'aéroport Boryspil de Kiev. Les avions exploités par l'UIA privée déficitaire ont connu des problèmes techniques en vol au cours des années, mais ne se sont jamais écrasés auparavant.

L'UIA déclare sur son site Internet qu'elle a reçu l'IOSA – le certificat IATA Operational Safety Audit – ce qui signifie que ses normes de fonctionnement et de sécurité étaient parfaitement conformes aux exigences internationales.

La compagnie aérienne dispose d'une flotte de 42 avions pour les vols intérieurs et internationaux, y compris Boeings et Embraer craft.

Mercredi, la compagnie aérienne a dévoilé les détails de l'équipage qui a péri dans l'accident. Il a ajouté que l’équipage de l’avion était «augmenté en tenant dûment compte de la complexité et de la durée du vol».

Il y avait trois pilotes à bord. Le pilote instructeur Oleksiy Naumkin avait 12 000 heures de vol sur Boeing 737, a indiqué l'UIA, dont 6 600 heures en tant que commandant de bord.

Le capitaine Volodymyr Gaponenko avait 11 600 heures à son actif sur 737 appareils, dont 5 500 heures en tant que capitaine et copilote Sehii Khomenko avait 7 600 heures sur 737.

Le temps de vol de Téhéran à Kiev est généralement d'environ quatre heures.

L'UIA a déclaré qu'une liste de passagers serait publiée sur son site Internet après "confirmation finale de leur présence à bord".

Le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Vadym Prystaiko a déclaré que 176 personnes étaient à bord du vol: 82 Iraniens, 63 Canadiens, 11 Ukrainiens, 10 Suédois, quatre Afghans, trois Allemands et trois ressortissants britanniques.

Des images aériennes du site de l'accident montrent des débris éparpillés sur une large zone.

"Avec effet immédiat, l'UIA a décidé de suspendre ses vols vers Téhéran jusqu'à nouvel ordre", a indiqué la compagnie.

"A 9h30, l'UIA (est) en étroite collaboration avec les autorités aéronautiques, prend toutes les mesures pour déterminer les causes de l'accident d'avion."

Boeing a confirmé dans un tweet qu'elle était en contact avec Ukraine International Airlines.

"Il s'agit d'un événement tragique et nos pensées les plus sincères vont à l'équipage, aux passagers et à leurs familles", écrit-il.

«Nous sommes en contact avec nos clients aériens et nous les accompagnons en ces temps difficiles. Nous sommes prêts à vous aider de toutes les manières nécessaires. »

L'UIA a également présenté ses condoléances aux familles des victimes et a déclaré qu'elle ferait «tout son possible» pour soutenir leurs proches.

Une déclaration du Département d'État américain a appelé à "une coopération complète avec toute enquête sur la cause de l'accident".

Les amis et les parents qui souhaitent obtenir des renseignements sur des citoyens canadiens soupçonnés d'être à bord du vol PS752 devraient communiquer avec le Centre de surveillance et d'intervention d'urgence d'Affaires mondiales Canada en composant le 613-996-8885 ou le 1-800-387-3124 (sans frais) ou en envoyant un courriel. à [email protected]

– Avec des fichiers de l'Associated Press, AFP

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus