Les Philippins canadiens s'unissent pour les secours après l'éruption du volcan Taal

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

TORONTO –
Dans la province de Batangas, juste au sud de Manille, l'éruption du volcan a fait quitter plus de 30 000 villageois.

Les organisations communautaires telles que Fondation philippine canadienne de bienfaisance ont déjà commencé des efforts de secours. Rosemer Enverga, le président de l'organisation, dit que le groupe avait déjà prévu un voyage aux Philippines pour leur projet caritatif annuel.

Le groupe travaille à la construction de maisons et de centres de réadaptation pour les personnes souffrant de problèmes de santé comme les lépreux et les orphelins ayant des besoins spéciaux.

Vingt volontaires, dont Enverga, devraient partir mercredi pour un voyage de cinq jours. Quelques volontaires sont partis quelques jours plus tôt et lui ont raconté la scène à leur arrivée à l'aéroport.

«Quand ils sont allés à l'aéroport, c'était un gâchis, c'était bondé et les gens étaient simplement frustrés. Ils étaient bloqués là-bas », a-t-elle déclaré à CTVNews.ca lors d'une entrevue téléphonique lundi.

Enverga dit que leur organisation demande au public de faire des dons en argent afin que les bénévoles puissent acheter des fournitures telles que des masques faciaux et des collyres.

"En ce moment, nous appelons le public à nous aider. Les prochains jours sont très critiques. En ce moment, ils ont perdu leurs maisons, ils n’ont rien. Ils ont peut-être des abris pour le moment mais après cela, ils ont besoin de plus d'aide. Maintenant, ils ont besoin de nourriture, de masques et de collyres », a déclaré Enverga.

Les volontaires avaient prévu de visiter la ville de Lipa, située dans la même province que Taal. Enverga dit que leur voyage se poursuivra à moins que la zone ne devienne trop dangereuse.

"Nous espérons et prions d’une manière ou d’une autre que les cendres s’éclaircissent et nous pouvons continuer avec cela mais sinon, nous ne pouvons pas compromettre nos officiers et les gens qui viennent avec nous", a déclaré Enverga,

Plusieurs bureaux et écoles du gouvernement ont été fermés en raison de risques pour la santé liés aux cendres.

Von Sarino, un résident des Philippines, est à la recherche de masques faciaux à ramener chez lui. Il est actuellement à Toronto, attendant son vol, après avoir rendu visite à sa famille pour les vacances à Sudbury, en Ontario.

«La plupart d'entre eux demandent les masques N95 car ils sont en rupture de stock aux Philippines et il y a des gens qui achèteront une boîte de masques dans les pharmacies et revendront les masques à un prix plus élevé, ce qui est juste inhumain », a déclaré Sarino.

Selon le Centre canadien d'hygiène et de sécurité au travail, les masques N95 sont des respirateurs qui bloquent 95% des contaminants en suspension dans l'air. Sarino dit qu'ils vendent aux Philippines jusqu'à 10 fois leur prix normal.

Sarino fait escale à Tokyo mardi après-midi et dit qu'il continuera à acheter des masques faciaux jusqu'à son arrivée aux Philippines.

Anthony Insigne, un agent immobilier de Toronto, et sa famille sont des membres actifs de la communauté philippine.

Insigne dit que ses parents sont actuellement aux Philippines pour un voyage annuel de cinq semaines dans la ville de Baguio, pour le festival «Flower» de Panagbenga. Sur le chemin de la capitale du pays, Manille, ils ont été forcés d'atterrir à Hong Kong lorsque le volcan a éclaté.

«C'est difficile de me concentrer et personnellement, je ne pouvais pas continuer tant que je ne savais pas que mes parents allaient bien parce que je savais qu'ils se dirigeaient dans cette direction. Ils sont là en ce moment, mais c'est triste de voir que cela s'est produit. Manille compte environ 100 millions d'habitants et le simple fait de savoir que le volcan est à distance proche de la région est dévastateur pour réaliser ce qui pourrait arriver », a déclaré Insigne à CTVNews.ca lors d'une entrevue téléphonique lundi.

Alors que le volcan reste actif, Save the Children Philippines dit qu'environ 900 personnes ont été emmenées dans leurs centres d'évacuation. Beaucoup d'entre eux sont des enfants qui sont confrontés à des maladies respiratoires et à des traumatismes émotionnels suite aux événements.

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus