Michelle Carter, du texto de l'affaire du suicide, libérée de prison

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

BOSTON –
Une femme reconnue coupable d'homicide involontaire coupable pour avoir exhorté son petit ami suicidaire à se suicider dans des messages texte qui incluaient "Faites-le, bébé", a été libérée de prison jeudi.

Michelle Carter a été libérée plus de trois mois plus tôt d'une prison de comté du Massachusetts, où elle purgeait une peine de 15 mois. Le natif de Plainville, 23 ans, a accumulé suffisamment de crédits pour son bon comportement et sa participation à des programmes de prison, selon des responsables. Elle doit maintenant purger cinq ans de probation.

Carter, vêtue d'un blazer blanc et d'un pantalon sombre, a été aperçue chassée de l'établissement par ses parents jeudi matin.

Sa libération intervient après que la Cour suprême des États-Unis a refusé la semaine dernière d'entendre ses avocats appeler de sa condamnation pour homicide involontaire coupable dans la mort de son petit ami, Conrad Roy III en 2014.

Le cas de Carter a attiré l'attention nationale car il a soulevé des questions juridiques épineuses sur la liberté d'expression et a fourni un regard inquiétant sur les relations entre adolescents et la dépression. Il a également déclenché des propositions législatives dans le Massachusetts pour criminaliser la coercition au suicide.

Un juge du Massachusetts a déterminé que Carter, qui avait 17 ans à l'époque, a causé la mort de Roy, âgé de 18 ans, lorsqu'elle lui a ordonné par téléphone de rentrer dans son camion garé, qu'il avait truqué pour faire le plein de morts. monoxyde de carbone.

L'appel téléphonique n'a pas été enregistré, mais le juge s'est appuyé sur un texte que Carter a envoyé à son amie dans lequel elle a dit avoir dit à Roy de revenir. Dans les messages texte envoyés dans les jours précédant la mort de Roy, Carter l'a également encouragé à suivre à travers son plan de suicide et l'a châtié quand il ne l'a pas fait.

Carter a opté pour un procès sur banc, une stratégie juridique inhabituelle qui signifiait qu'un juge avait décidé de son sort plutôt qu'un jury. Elle n'a pas non plus témoigné pour sa défense au procès.

La plus haute juridiction de l'État a confirmé la condamnation de Carter en février dernier et elle a été condamnée à purger sa peine de prison. On lui a refusé la libération conditionnelle en septembre.

"Après l'avoir convaincu de retourner dans le camion rempli de monoxyde de carbone, elle n'a absolument rien fait pour l'aider: elle n'a pas appelé à l'aide ni lui a dit de sortir du camion en l'écoutant s'étouffer et mourir", a déclaré le juge Scott. Kafker a écrit dans la décision de la Cour judiciaire suprême de l'État.

Carter et Roy vivaient tous les deux dans le Massachusetts mais se sont rencontrés en Floride en 2012 alors qu'ils étaient tous les deux en vacances avec leur famille. Leur relation consistait principalement en textos et autres communications électroniques. Les deux adolescents ont lutté contre la dépression et Roy avait fait des tentatives de suicide antérieures.

Les avocats de Carter ont fait valoir dans leur appel à la Cour suprême que la condamnation devrait être annulée car il s'agissait d'une violation "sans précédent" des droits du premier amendement de leur client qui suggérait que les "mots seuls" suffisaient à tenir quelqu'un responsable du suicide d'une autre personne.

Les avocats ont également fait valoir qu'il n'y avait tout simplement pas suffisamment de preuves pour prouver que Carter avait exhorté Roy à retourner dans son camion pour mourir, ou qu'il aurait survécu si elle avait appelé à l'aide ou pris d'autres mesures pour tenter de lui sauver la vie.

Une affaire faisant fortement écho à celle de Carter, quant à elle, se joue dans un tribunal de Boston.

Les procureurs disent que l'ancienne étudiante du Boston College Inyoung You a conduit son petit ami Alexander Urtula à se suicider dans une relation toxique qui comprenait des milliers de messages texte abusifs.

Le jeune homme de 21 ans a plaidé non coupable d'homicide involontaire.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus