258 millions d'enfants non scolarisés: l'ONU sonne l'alarme face à la «crise de l'éducation» mondiale

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

CAMEROUN, CAMEROUN –
Le chef adjoint de l'ONU a déclaré vendredi qu'il y avait une crise "alarmante" dans l'éducation, pointant les 258 millions d'enfants de moins de 17 ans qui ne vont pas à l'école – et seulement 49% achèvent leurs études secondaires.

En outre, environ 770 millions d'adultes sont analphabètes, pour la plupart des femmes, a déclaré la vice-secrétaire générale Amina Mohammed à l'Assemblée générale des Nations Unies lors de la Journée internationale de l'éducation.

Elle a dit que la situation est "alarmante", non seulement à cause des millions de personnes qui ne reçoivent pas d'éducation – et qui ne l'ont jamais fait – mais aussi "à cause de la crise du nombre d'enfants, de jeunes et d'adultes qui sont scolarisés. , mais pas d'apprentissage. "

L'ancien Premier ministre britannique Gordon Brown, l'envoyé spécial de l'ONU pour l'éducation, a déclaré qu'il continuait d'être "choqué" par le fait que plus de 400 millions d'enfants quittent définitivement l'école à 11 ou 12 ans et "800 millions d'enfants quittent le système éducatif sans qualifications dignes de ce nom. "

L'objectif de l'ONU pour 2030 est de «garantir une éducation inclusive et de qualité pour tous et de promouvoir l'apprentissage tout au long de la vie».

Lors d'un événement à l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture à Paris, la Directrice générale de l'UNESCO, Audrey Azoulay, a déclaré "non seulement nous avons besoin d'investissements massifs, mais une refonte des systèmes éducatifs est nécessaire".

Pour repenser l'éducation et préparer la génération à venir à faire face à des problèmes majeurs comme la révolution numérique et l'urgence climatique, Azoulay a déclaré que l'UNESCO avait nommé une commission d'experts indépendants en septembre dernier dirigée par le président éthiopien Sahle-Work Zewde pour produire un rapport en novembre 2021 sur la Avenir de l'éducation.

M. Brown a expliqué qu'une des raisons pour lesquelles la situation est "si grave" aujourd'hui est qu'il y a 75 millions d'enfants dans les pays touchés par la crise qui ne peuvent pas aller à l'école, voir leur éducation interrompue et n'atteignent aucun niveau scolaire.

Yasmine Sherif, directrice d'Education Can't Wait qui est le premier fonds mondial dédié à l'éducation dans les situations d'urgence, a déclaré lors d'une conférence de presse à l'ONU: "Imaginez ce qui va se passer avec cette génération, et avec nous tous un jour, si ceux-ci 75 millions d'enfants n'ont pas accès à une éducation convenable et de qualité, "a-t-elle dit.

Le fonds a reçu des promesses de dons de près de 590 millions de dollars depuis sa création il y a trois ans et vient en aide aux jeunes de 30 pays touchés par des conflits et des crises, de Syrie et d'Afghanistan, du Mali, du Bangladesh et de la République centrafricaine, a-t-elle déclaré.

Brown, qui préside le groupe de pilotage de haut niveau du fonds, a déclaré qu'il était crucial pour tous les niveaux d'enseignement. Selon lui, seule une fraction des réfugiés – 1 à 3% – poursuit des études supérieures. comparé, par exemple, à la Syrie où il était de 20% avant le début du conflit en 2011.

Le président de l'Assemblée générale, Tijjani Muhammad-Bande, a déclaré à l'événement des Nations Unies qu '"il y a eu une augmentation des taux de scolarisation dans le monde, avec plus d'enfants allant et restant à l'école plus longtemps.

"Bien que cela soit louable", a-t-il dit, "il est inacceptable que 20 ans après le XXIe siècle, environ 258 millions d'enfants et de jeunes ne fréquentent pas l'école, 617 millions d'enfants et d'adolescents ne savent pas lire et faire des mathématiques de base et des millions de réfugiés et de déplacés internes et les personnes handicapées ne sont pas scolarisées ", a-t-il déclaré.

Muhammad-Bande a qualifié cela de "fléau" et a exhorté les gouvernements à garantir l'accès "à un enseignement primaire et secondaire gratuit et de qualité, ainsi qu'à un enseignement professionnel et technique abordable et inclusif".

Le Secrétaire général adjoint Mohammed a déclaré: "Cette journée internationale doit être un appel à l'action … pour que l'éducation de qualité pour tous ne soit plus un objectif pour demain, mais une réalité".

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus

No Content Available