in

Delta condamné à une amende de 50 000 $ pour avoir démarré 3 passagers musulmans

Delta Air Lines est condamné à une amende de 50 000 $ pour avoir ordonné à trois passagers musulmans de quitter l'avion même après que les propres responsables de la sécurité de la compagnie aérienne leur aient donné l'autorisation de voyager.

Delta a nié avoir discriminé les passagers dans deux incidents distincts, mais a convenu qu'elle aurait pu gérer les situations différemment, selon une ordonnance de consentement rendue publique vendredi par le Département des transports des États-Unis.

Le ministère a allégué que Delta avait violé les lois anti-partialité en retirant les passagers et a ordonné à la compagnie aérienne de dispenser une formation culturelle aux pilotes, agents de bord et agents du service à la clientèle impliqués dans les incidents.

Dans l'un des cas, en juillet 2016 à Paris, un passager a déclaré à un agent de bord qu'un couple la rendait nerveuse. La femme portait un foulard sur la tête et, selon l'autre passager, l'homme a inséré quelque chose dans son téléphone. L'agent de bord a dit qu'elle était passée et avait vu l'homme écrire "Allah" plusieurs fois tout en envoyant des SMS sur son téléphone.

À la demande du capitaine, un superviseur de Delta et un agent de sécurité ont interrogé le couple à l'extérieur de l'avion. Le bureau de la sécurité de Delta a indiqué que le couple était des citoyens américains rentrant chez eux à Cincinnati et "n'a pas levé de drapeaux rouges", et ils ont été autorisés à voler, selon l'ordonnance de consentement. Mais le commandant de bord a refusé de les laisser remonter à bord de l'avion; ils sont rentrés chez eux le lendemain.

Le ministère des Transports a déclaré qu'il semble que le couple aurait été autorisé à voler sans sa "religion perçue".

Le couple n'a pas été nommé dans l'ordonnance de consentement, mais des articles de presse après l'incident les ont identifiés comme étant Faisal et Nazia Ali de la région de Cincinnati, Ohio.

L'autre cas dans l'ordonnance sur consentement s'est produit cinq jours plus tard à Amsterdam. Les agents de bord et les passagers se sont plaints d'un passager musulman, mais le copilote n'a rien vu d'inhabituel à propos de l'homme, et le bureau de sécurité de Delta a déclaré que son dossier ne soulevait aucune préoccupation.

Le commandant de bord s'est préparé à commencer le vol à destination de New York, puis est retourné à la porte d'embarquement et a fait retirer l'homme et ses sacs et fouiller la zone autour de son siège. L'homme n'a pas été soumis à un contrôle supplémentaire avant d'embarquer sur un vol ultérieur, ce qui, selon le ministère des Transports, a montré que son retrait du premier vol était discriminatoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

Un milliard de dollars de butin pour un couple d’escrocs à l’énergie solaire

Guardiola n'est pas préoccupé par les nouveaux critères de référence de Liverpool