in

Le Premier ministre néerlandais présente des excuses historiques au Mémorial de l'Holocauste

AMSTERDAM –
Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte a présenté ses excuses dimanche pour l'échec des responsables du pays occupé par les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale à faire davantage pour empêcher la déportation et le meurtre d'un peu plus de 100 000 Juifs.

Rutte a présenté ses excuses historiques lors de la commémoration annuelle de la Shoah à Amsterdam, la veille du 75e anniversaire de la libération du camp d'extermination nazi d'Auschwitz.

Alors qu'il a salué les résistants, les citoyens qui ont aidé les Juifs à se cacher des occupants nazis et les travailleurs qui se sont mis en grève pour soutenir les Juifs, Rutte a déclaré que cela ne suffisait pas collectivement.

"Trop peu de protection. Trop peu d'aide. Trop peu de reconnaissance", a déclaré le premier ministre.

"Maintenant que les derniers survivants sont encore parmi nous, je m'excuse aujourd'hui au nom du gouvernement pour les actions des autorités de l'époque", a ajouté Rutte.

Le survivant de la Shoah, Zoni Weisz, a déclaré à la chaîne de télévision nationale néerlandaise NOS que c'était un moment émouvant.

"C'était magnifique", a-t-il dit, avant d'ajouter: "C'est dommage qu'il ait fallu 75 ans avant qu'on nous offre des excuses."

Sur les 140 000 Juifs qui vivaient aux Pays-Bas au début de la Seconde Guerre mondiale, seuls 38 000 ont survécu.

L'année dernière, la compagnie ferroviaire nationale néerlandaise a annoncé qu'elle verserait des réparations aux Juifs, aux Roms et aux Sintis qu'elle a transportés dans des camps aux Pays-Bas pendant la Seconde Guerre mondiale – d'où ils ont été envoyés dans des camps de concentration nazis. L'entreprise s'est excusée en 2005 pour son rôle dans le transport.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

    Face Time Bourbon, nouveau Bold Eagle

    les livraisons d’armes se poursuivent malgré la réunion de Berlin, déplore l’ONU