Interdiction du plastique à venir en 2021 après la conclusion du rapport, il existe des preuves de préjudice

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

OTTAWA –
Une interdiction nationale de nombreux plastiques à usage unique est en bonne voie pour l'année prochaine après qu'un rapport du gouvernement a conclu jeudi qu'il existe plus qu'assez de preuves prouvant que la pollution par les plastiques est nocive.

"Nous allons nous diriger vers une interdiction des plastiques à usage unique nocifs et nous le ferons en 2021", a déclaré le ministre de l'Environnement, Jonathan Wilkinson.

Les libéraux fédéraux ont promis en juin dernier qu'ils chercheraient à interdire les versions en plastique d'un certain nombre de produits tels que les pailles, les contenants à emporter et les sacs d'épicerie. L'interdiction serait imposée en vertu de la Loi canadienne sur la protection de l'environnement, qui exige d'abord une évaluation scientifique du problème.

Une version provisoire de cette évaluation a été publiée jeudi. Il sera ouvert aux commentaires du public jusqu'au 1er avril.

Le rapport indique qu'en 2016, 29000 tonnes de déchets plastiques, soit l'équivalent d'environ 2,3 milliards de bouteilles d'eau en plastique à usage unique, se sont retrouvées comme détritus au Canada – sur les plages, dans les parcs, dans les lacs, et même, dit le rapport, dans l'air.

Une partie de la litière est facilement visible: les morceaux de plus de 5 mm sont appelés «macroplastiques». Mais une grande partie est en plastique que la plupart d'entre nous ne peuvent pas facilement voir, appelés «microplastiques» et «microfibres». Ce sont de minuscules restes de plastique de moins de 5 mm, qui surviennent lorsque de gros morceaux de plastique sont brisés. Ils sont également débarrassés de choses comme des vêtements en tissu synthétique, des couvertures en molleton et des pneus.

La science a examiné l'impact de tous les types de plastiques et a conclu que les preuves sont claires que les macroplastiques nuisent à la faune: des oiseaux morts trouvés avec du plastique dans leurs intestins, des baleines qui se lavent sur le rivage avec des estomacs remplis de tonnes de plastique qu'ils ont ingéré en nageant, y compris des tongs et des cordes en nylon.

Dans un cas, une tortue a été retrouvée émaciée et mourante. Lorsque le plastique a été retiré de son tube digestif, la tortue s'est rétablie.

Les preuves sont moins claires sur les effets néfastes de l'ingestion de microplastiques par des personnes ou des animaux sauvages, et les scientifiques ont recommandé de poursuivre les études. Un nouveau fonds de 2,2 millions de dollars au cours des deux prochaines années financera la recherche sur les microplastiques.

Wilkinson a déclaré que la conclusion sur les macroplastiques est suffisante pour procéder à l'interdiction.

Il a dit que les articles spécifiques qui seront interdits sont toujours en cours d'élaboration avec les scientifiques. Une liste sera publiée dans les prochains mois, a-t-il déclaré.

Les sacs en plastique, les pailles, les bouteilles et les récipients en polystyrène destinés à être utilisés une fois et jetés devraient tous figurer sur la liste, mais rien n'a encore été confirmé.

Wilkinson a déclaré qu'il y aura du temps pour les entreprises qui dépendent de ces produits pour s'adapter, mais il est convaincu que le gouvernement n'attendra pas plusieurs années.

"Je pense que le public canadien veut voir des mesures rapidement, donc certainement s'il y a une période de mise en œuvre progressive, elle ne sera pas longue."

Il a souligné que les Canadiens s'attendent à une action rapide dans le dossier. Certaines entreprises évoluent seules. La chaîne d'épicerie Sobeys retire tous les sacs en plastique de ses magasins au 31 janvier, mettant 255 millions de sacs en plastique hors circulation au cours de la prochaine année. Les Canadiens utilisent jusqu'à 15 milliards de sacs en plastique chaque année.

L'Association canadienne de l'industrie des plastiques n'est pas favorable à l'interdiction des articles en plastique, affirmant que cela enlève le choix et que les alternatives sont souvent pires.

"Étant donné que les études scientifiques et économiques à travers le monde démontrent que dans la plupart des cas, les emballages en plastique, les sacs à provisions en plastique et certains plastiques à usage unique sont un meilleur choix environnemental lorsqu'ils sont gérés correctement, les interdictions ne sont pas la solution, mais plutôt leur gestion à la fin de leur vie. est ", indique l'association dans un communiqué publié sur son site Internet.

Sarah King, chef de la campagne sur les océans et les plastiques pour Greenpeace Canada, a déclaré qu'elle ne voulait pas que l'interdiction se traduise par des articles à usage unique alternatifs, car cela reviendrait simplement à échanger un problème contre un autre.

Elle a plutôt déclaré que l'accent devait être mis sur la modification des modèles de livraison afin de réduire les emballages inutiles et de réutiliser ce qui ne peut être évité.

King a déclaré que 2021 est suffisamment rapide pour qu'une interdiction commence "tant que la liste des interdictions est complète" et comprend à la fois des produits spécifiques et des types spécifiques de plastiques.

Le chef du NPD, Jagmeet Singh, a toutefois déclaré qu'il n'y avait aucune raison d'attendre jusqu'en 2021.

"Nous savons que les plastiques à usage unique resteront à jamais", a déclaré Singh. "L'idée que les plastiques et un produit qui est conçu pour être utilisé une seule fois et qui durera éternellement est tout simplement irrationnel et n'a aucun sens. Nous devons y mettre fin."

Wilkinson a déclaré qu'une interdiction des plastiques n'est qu'une partie du plan du gouvernement pour résoudre le problème des déchets plastiques. Il a dit qu'il y avait aussi un travail en cours avec les provinces pour rendre les producteurs de plastique responsables de s'assurer qu'ils ne finissent pas comme des ordures n'importe où.

En 2018, lorsque le Canada a accueilli le sommet des dirigeants du G7, le Canada et quatre autres grandes économies ont signé une charte s'engageant à ce que d'ici 2040 tout le plastique produit dans leur pays soit réutilisé, recyclé ou brûlé pour produire de l'énergie. Les États-Unis et le Japon sont restés à l'écart.

Ce rapport de La Presse canadienne a été publié pour la première fois le 30 janvier 2020.

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus

No Content Available