4 soldats turcs et 13 soldats syriens tués dans le nord de la Syrie

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

ANKARA, TURQUIE –
La Turquie a atteint des cibles dans le nord de la Syrie, en réponse aux bombardements des forces gouvernementales syriennes qui ont tué au moins quatre soldats turcs, a déclaré lundi le président turc. Un observateur de la guerre syrienne a déclaré que 13 soldats syriens avaient également été tués.

L'échange, intervenu quelques heures après l'entrée d'un grand convoi militaire turc dans la province d'Idlib, au nord-ouest du pays, dernier bastion rebelle de Syrie, devrait encore accroître les tensions entre les deux pays voisins, car de tels affrontements directs ont été rares.

Plus tôt, le ministère turc de la Défense nationale a déclaré que les forces turques avaient été envoyées à Idlib en renfort et y avaient été attaquées malgré la notification préalable de leurs coordonnées aux autorités locales. Il a déclaré que les forces turques ont répondu à l'attaque, détruisant des cibles. Avec quatre morts, neuf soldats turcs ont été blessés.

S'adressant aux journalistes avant de partir pour une visite en Ukraine, le président Recep Tayyip Erdogan a déclaré que l'artillerie turque avait atteint 46 cibles. Erdogan a déclaré que des avions de guerre turcs étaient également impliqués et a affirmé qu'il y avait entre 30 et 35 victimes du côté syrien, mais n'a fourni aucune preuve.

"Ceux qui testent la détermination de la Turquie avec de telles attaques ignobles comprendront leur erreur", a déclaré Erdogan. Il a déclaré que la Russie avait été informée qu'Ankara ne défendrait aucune "situation où nous serions empêchés" de répondre aux attaques syriennes.

"Il ne nous est pas possible de garder le silence lorsque nos soldats sont martyrisés", a déclaré Erdogan.

L'échange a eu lieu près de la ville syrienne de Saraqeb, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme basé en Grande-Bretagne, un groupe d'observation de la guerre. Il a ajouté que les troupes turques avaient bombardé des positions de l'armée syrienne dans trois provinces, tuant huit soldats à Idlib, trois dans la province de Lattaquié et deux dans la région de Hama.

Cependant, l'agence de presse d'Etat syrienne SANA a déclaré que les forces gouvernementales avaient capturé deux nouveaux villages sur le chemin de Saraqeb. Il a ajouté que pendant que les troupes syriennes chassaient les insurgés, quatre soldats turcs ont été tués et neuf blessés, déclenchant des représailles turques – mais il a affirmé qu'il n'y avait pas eu de victimes parmi les troupes syriennes.

L'escalade survient au milieu d'une offensive du gouvernement syrien dans le dernier bastion rebelle du pays, situé à Idlib et dans certaines parties de la région voisine d'Alep. Des troupes turques sont déployées dans certaines de ces zones tenues par les rebelles pour surveiller un cessez-le-feu antérieur qui a été convenu mais qui s'est effondré depuis.

Les relations entre la Turquie et la Syrie se sont fortement détériorées depuis le début de la guerre civile en Syrie. La Syrie accuse la Turquie de saper sa sécurité en permettant à des milliers de combattants étrangers de venir combattre l'armée syrienne. La province d'Idlib est actuellement dominée par des militants liés à Al-Qaida.

Avec le soutien de la Russie, le gouvernement syrien est à l'offensive depuis décembre pour capturer et rouvrir une autoroute stratégique détenue par les rebelles depuis 2012. L'offensive a ignoré un accord de cessez-le-feu négocié à la fin de l'année dernière entre la Russie et la Turquie. L'accord s'est effondré depuis.

Mercredi dernier, les forces du gouvernement syrien ont capturé la ville clé d'Idlib, Maaret al-Numan, des rebelles et ont maintenant fixé leur objectif sur Saraqeb. L'autoroute stratégique traverse les deux villes.

La province d'Idlib abrite quelque 3 millions de personnes, dont beaucoup ont été déplacées d'autres parties de la Syrie lors de violences antérieures. L'ONU a estimé qu'environ 390 000 Syriens y avaient été déplacés au cours des deux derniers mois – 315 000 en décembre et 75 000 en janvier.

La Turquie accueille déjà 3,5 millions de réfugiés syriens, et la vague de violence actuelle à Idlib a fait craindre une nouvelle vague de civils déplacés fuyant vers la frontière turque.

——

L'auteur de l'Associated Press Bassem Mroue à Beyrouth a contribué à ce rapport.

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus

No Content Available