Laminute.info: site d'actualité générale

Les Suisses décident du sort de la récente législation «anti-homophobie»

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

GENÈVE –
Les électeurs suisses se rendront aux urnes dimanche pour décider de soutenir ou non une mesure adoptée au Parlement pour interdire la discrimination à l'encontre des personnes en raison de leur orientation sexuelle.

Les sondages montrent un soutien solide à ce qui a été présenté comme une loi "anti-homophobie", mais les opposants ont recueilli suffisamment de signatures dans une campagne de pétition pour mettre la question sur la liste de vote. La Suisse organise régulièrement des référendums qui donnent aux électeurs une voix directe dans l'élaboration des politiques.

Le référendum demande aux électeurs s'ils soutiennent un changement juridique adopté en décembre 2018 pour renforcer les codes de justice pénale et militaire contre l'incitation à la haine et à la discrimination.

Les opposants à ces efforts insistent sur le fait que de telles mesures violent le droit à la liberté d'opinion.

Les mesures, qui élargissent les lois existantes interdisant la discrimination raciale, rendraient illégal de dénigrer publiquement, de discriminer ou d'attiser la haine contre les personnes en raison de leur orientation sexuelle.

Les exploitants de restaurants, de cinémas et d'installations publiques comme les piscines, par exemple, ne seraient pas en mesure de discriminer toute personne sur la base de leur orientation sexuelle si la mesure est adoptée.

Les partisans d'un petit parti politique qui revendique les valeurs chrétiennes et qui est à l'origine de la pétition soutiennent que les efforts parlementaires seraient des "assassinats pour la liberté" et insistent sur le fait que les protections contre le dénigrement sont déjà inscrites dans la loi suisse.

Les partisans des mesures parlementaires disent que les améliorations des lois anti-racisme suisses sont nécessaires et n'empêcheront pas un débat public légitime – tant qu'il ne s'égarera pas dans la fomentation de la haine ou de la discrimination.

Les partis verts, de gauche et centristes soutiennent les protections renforcées, tandis que le parti populaire populiste de droite suisse – la plus grande faction au Parlement – s'y oppose.

Les résultats sont attendus vers midi dimanche, après la fermeture des bureaux de vote. La plupart des électeurs ont déjà voté par courrier.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus