Teargas et les manifestations à Beyrouth avant le vote de confiance du Cabinet

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Beyrouth –
Les forces de sécurité libanaises ont tiré des gaz lacrymogènes pour disperser des milliers de manifestants qui bloquaient les routes près du bâtiment du Parlement à Beyrouth, où le nouveau cabinet devait étoffer sa déclaration de politique mardi avant un vote de confiance des législateurs.

La réunion se tient au milieu d'une crise économique et financière paralysante, la pire du Liban depuis des décennies. La police a lancé un coup de filet de sécurité serré autour de la zone, et les forces spéciales et les policiers anti-émeute ont rapidement ouvert des routes qui ont été fermées par des manifestants essayant d'empêcher les ministres et les législateurs du Cabinet d'atteindre le Parlement.

"Aucune confiance", ont scandé certains des manifestants. La réunion devrait commencer avant midi et durer jusqu'à mercredi.

Alors que la réunion commençait, le Premier ministre Hassan Diab a lu la déclaration du gouvernement de 16 pages sur un plan de sauvetage pour sortir le Liban de sa crise économique et financière, la pire depuis la fin de la guerre civile de 1975-90.

Le Liban est pris par des manifestations anti-gouvernementales depuis octobre. Les manifestants appellent à des réformes radicales et à la fin d'une classe politique qu'ils jugent corrompue et incompétente, la blâmant pour l'aggravation rapide de la crise financière. Les manifestations ont forcé la démission de l'ancien Premier ministre, Saad Hariri.

Un groupe de manifestants a entouré la voiture d'un ministre du Cabinet, Demianos Kattar, alors qu'il se rendait au siège du gouvernement voisin, le pelotonnant d'œufs le frappant du poing avant qu'une armée et des forces de police ne les repoussent.

Les forces de sécurité ont tiré des gaz lacrymogènes dans une autre rue menant au Parlement, où les manifestants ont pu enlever une partie d'un mur de béton géant. Dans d'autres rues, les troupes ont forcé les manifestants du milieu de la rue à laisser circuler la circulation.

Près d'une des entrées, des partisans du gouvernement ont attaqué certains manifestants afin de les forcer à ouvrir la voie. Les forces de sécurité ont séparé les deux parties. La Croix-Rouge libanaise a déclaré que 18 blessés avaient été transportés à l'hôpital tandis que 140 autres avaient été soignés sur place.

Selon une copie, le "plan de sauvetage d'urgence" du gouvernement comprend des réformes dans les domaines judiciaire, financier et administratif, ainsi que la lutte contre la corruption et la fixation des finances du pays.

Le Liban a l'un des taux d'endettement les plus élevés au monde, représentant plus de 150 du PIB et s'aggravant au cours des dernières années sans croissance économique et taux de chômage élevé.

Dans la déclaration lue par Diab, le Premier ministre a déclaré que des mesures "douloureuses" étaient nécessaires maintenant et qu'il serait difficile de sortir le Liban de la crise une fois "que nous atteindrons un effondrement total". Aucun plan ne pourrait réussir sans une baisse des taux d’intérêt afin de relancer l’économie et de réduire la dette », a-t-il déclaré.

"Ceux qui pensent pouvoir échapper à l'effondrement de l'économie se trompent", a expliqué Diab.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus