L'armée syrienne salue les avancées contre les rebelles en un temps record

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

DAMAS, SYRIE –
L'armée syrienne a annoncé lundi que ses troupes ont repris le contrôle des territoires du nord-ouest de la Syrie "en un temps record", promettant de poursuivre les groupes armés "où qu'ils se trouvent".

L'annonce est intervenue quelques heures après que les troupes ont consolidé l'emprise du gouvernement sur la principale province d'Alep, capturant plus de 30 villages et hameaux dans la campagne occidentale en une seule journée et sécurisant la capitale provinciale qui, pendant des années, est restée à portée de tir de l'opposition.

Les troupes ont supprimé lundi les barrières et les barrages routiers dans les villages et les districts qui étaient auparavant contrôlés par les rebelles syriens, a rapporté la télévision d'État. L'Observatoire syrien des droits de l'homme basé en Grande-Bretagne, un groupe d'observation de la guerre, a signalé des affrontements à Jabal Sheik Akeel, au nord-ouest de la ville d'Alep, la capitale de la province.

Des sauveteurs et un travailleur médical ont déclaré lundi que des frappes aériennes sur Darat Izza, une ville encore aux mains de l'opposition dans le nord-ouest d'Alep, avaient mis deux établissements de santé hors service. Un hôpital a été directement touché, blessant deux membres du personnel, a déclaré Mazen Kewara de la Syrian American Medical Society, un groupe qui soutient l'unité de dialyse de l'hôpital. Des images de l'équipe de secours, la défense civile syrienne, ont montré d'importants dégâts. Une autre frappe aérienne a frappé près de l'autre centre médical, à environ 150 mètres (yards).

Les rebelles syriens ont été chassés des quartiers est de la ville fin 2016, qu'ils contrôlaient depuis des années tout en luttant contre les forces gouvernementales en charge dans la section ouest. Cependant, les groupes rebelles ont continué de viser les forces gouvernementales de l'extérieur de la ville avec des obus de mortier. Ils contrôlaient également de grandes parties de l'ouest rural d'Alep, territoires qui les reliaient à la province d'Idlib, dernier bastion majeur de l'opposition.

Les nouvelles avancées, ainsi que la sécurisation d'une autoroute clé qui traversait le territoire rebelle, devraient faciliter les déplacements entre le nord et le sud de la Syrie, y compris la ville d'Alep, le centre commercial de la Syrie avant la guerre.

Le Shaam Network, une plate-forme médiatique d'opposition, a déclaré que les avancées avaient coupé la ligne d'approvisionnement des rebelles, les chassant effectivement de la zone.

Les événements ont déclenché des célébrations nocturnes dans la ville, les médias d'État montrant des images de résidents agitant des drapeaux et dansant dans les rues bondées de véhicules.

Depuis décembre, les troupes syriennes sont passées à l'offensive, mordant petit à petit dans l'enclave rebelle surpeuplée, qui abrite plus de 3 millions de personnes. L'offensive a déplacé plus de 800 000 personnes, déclenchant l'une des plus grandes crises humanitaires de la guerre de neuf ans.

Le général Ali Mayhoub, porte-parole des Forces armées syriennes, a déclaré dans un discours télévisé que les troupes syriennes poursuivaient leurs avancées au sol pour "éradiquer ce qui restait des groupes terroristes" en Syrie, félicitant les soldats pour les avancées rapides en "un temps record". "

L'opposition armée est maintenant coincée dans une zone de rétrécissement de la province voisine d'Idlib, où le gouvernement est également à l'offensive, ainsi que le ruban du territoire adjacent dans l'ouest d'Alep. En outre, certaines parties du nord de la région d'Alep, à cheval sur la frontière avec la Turquie, sont administrées par la Turquie et des factions syriennes alliées. Un autre segment de la province plus à l'ouest est contrôlé par des forces dirigées par les Kurdes, alliées aux États-Unis. Ces deux parties ne faisaient pas partie de l'offensive gouvernementale.

La Turquie, qui soutient l'opposition, a envoyé des milliers de troupes et d'équipements dans l'enclave de l'opposition, dans le but de freiner l'avancée du gouvernement syrien. Ankara a également appelé à la fin de l'offensive du gouvernement syrien. Déjà la maison de plus de 3,5 millions de réfugiés syriens, la Turquie craint qu'une nouvelle vague ne submerge ses frontières. L'ONU a également appelé à un cessez-le-feu.

Le soutien de la Russie et de l'Iran a permis aux troupes syriennes de reprendre le contrôle d'une grande partie des territoires qu'ils avaient perdus au profit de groupes armés qui ont travaillé pour renverser Assad.

Plus de 400 000 personnes ont été tuées et la moitié de la population syrienne déplacée depuis que les manifestations pacifiques de 2011 se sont transformées en guerre civile.

——–

L'écrivaine d'Associated Press Sarah El Deeb à Beyrouth a contribué à ce rapport.

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus

No Content Available