Le président du PSG Nasser Al-Khelaifi et Jérôme Valcke inculpés par le procureur général suisse

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Une enquête sur l'octroi des droits médiatiques à la Coupe du monde a conduit à la mise en accusation de Jérôme Valcke et Nasser Al-Khelaifi.

Le président du Paris Saint-Germain Nasser Al-Khelaifi et l'ancien secrétaire général de la FIFA, Jérôme Valcke, ont été inculpés pour l'attribution des droits de la Coupe du monde et de la Coupe des confédérations.

Le Bureau du Procureur général de la Suisse (OAG) a accusé Valcke d'avoir accepté des pots-de-vin, plusieurs chefs d'accusation de mauvaise gestion criminelle aggravée et de falsification de documents.

Al-Khelaifi, qui est également président du groupe beIN Media et membre du Comité exécutif de l'UEFA, et un homme d'affaires anonyme ont été inculpés d'avoir incité Valcke "à commettre une mauvaise gestion criminelle aggravée".

L'homme d'affaires anonyme a également été accusé de corruption, bien que des accusations similaires contre Al-Khelaifi concernant les tournois de la Coupe du monde en 2026 et 2030 aient été abandonnées.

Le BVG a ouvert une enquête en 2017, un an après que Valcke a été limogé par la FIFA après avoir été reconnu coupable d'avoir enfreint le code d'éthique de l'instance dirigeante à plusieurs reprises.

Un communiqué du BVG de jeudi indiquait: «Les enquêtes ont révélé que Valcke avait reçu des avantages indus des deux coaccusés.

«Valcke a été remboursé de l'acompte d'environ 500 000 € qu'il avait versé à un tiers lors de l'achat d'une villa en Sardaigne, après qu'Al-Khelaifi ait acheté la villa par le biais d'une entreprise au lieu de Valcke.

«Valcke a ensuite reçu d'Al-Khelaifi le droit exclusif d'utiliser la villa pour une période de 18 mois – jusqu'à ce qu'il soit suspendu par la FIFA – sans avoir à payer un loyer estimé entre environ 900 000 € et environ 1,8 million d'euros.

"Du troisième accusé, Valcke a reçu trois paiements totalisant environ 1,25 million d'euros à son entreprise Sportunited LLC."

La déclaration a ensuite expliqué que l’accusation de mauvaise gestion pénale de Valcke était liée au fait qu’il «n’avait pas signalé les avantages mentionnés à la FIFA». Al-Khelaifi et l'homme d'affaires anonyme ont été inculpés de cette incitation correspondante.

Valcke a également été inculpé de «paiement et acceptation de pots-de-vin» sur la base d'une allégation selon laquelle «entre 2013 et 2015 (il) a exploité son poste de secrétaire général de la FIFA pour influencer l'attribution des droits médias pour l'Italie et la Grèce pour diverses Coupes du monde et FIFA Tournois de la Coupe des Confédérations entre 2018 et 2030 afin de favoriser les partenaires médiatiques qu'il préférait. »

Il a également été confirmé que la FIFA avait retiré sa plainte pénale contre Al-Khelaifi et également partiellement contre Valcke concernant la corruption présumée de particuliers.

Cette plainte pénale, qui était liée à des allégations concernant l'octroi de droits médiatiques pour les Coupes du monde 2026 et 2030, a été retirée après que la FIFA ait conclu «un accord à l'amiable» avec Al-Khelaifi.

La déclaration du BVG a ajouté: «Les accusés sont présumés innocents jusqu'à ce qu'un jugement entre en vigueur.»

À la suite de l'annonce du BVG, Al-Khelaifi a publié une déclaration qui se lisait comme suit: «Après une enquête exhaustive de trois ans, où j'ai coopéré pleinement et ouvertement avec le procureur de la Suisse, je suis heureux que toutes les accusations de corruption en rapport avec le 2026 et les Coupes du monde 2030 ont été abandonnées. Comme je l'ai dit avec véhémence et à maintes reprises pendant trois ans, les accusations n'ont – et n'ont jamais eu – aucune base, que ce soit en fait ou en droit.

«Il est désormais – enfin – indiscutable que les accords de 2026 et 2030 ont été négociés sans lien de dépendance et sans aucune influence indue sous quelque forme que ce soit. Après l'examen public, privé, légal et illégal le plus légal de toutes mes transactions, j'ai été dégagé de tout soupçon de corruption et l'affaire a été classée définitivement et de manière définitive. »

Al-Khelaifi a poursuivi: «Bien qu'une charge technique secondaire reste en suspens, je m'attends à ce que cela soit prouvé sans fondement et sans aucune substance, de la même manière que le cas principal.

«Bien que j'aie coopéré avec toutes les autorités au cours du processus judiciaire, l'enquête de trois ans a été caractérisée par des fuites constantes, des informations erronées et un programme apparemment implacable pour salir ma réputation dans les médias – complètement indépendamment des faits et de la notion de procédure régulière. . Pour cette raison, j'ai demandé aux autorités suisses compétentes d'ouvrir une enquête pénale sur la conduite de l'enquête. Je me réserve également le droit de prendre des mesures contre certains médias qui, pendant trois ans, ont publié à plusieurs reprises des articles non étayés par des faits et très préjudiciables, souvent basés sur des sources d'origine illégale et – tout à fait remarquable dans certains cas – des documents truqués et fabriqués, pour satisfaire leur récit de ma supposée culpabilité. "

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus

No Content Available