Élections en Iran: les médias d'État indiquent que la participation électorale est au plus bas depuis la révolution

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

TÉHÉRAN, IRAN —
Le ministère iranien de l'Intérieur a déclaré que le taux de participation aux dernières élections législatives était de 42,57%, la première fois qu'il est tombé sous la barre des 50% depuis la révolution du pays de 1979 qui a inauguré un pouvoir théocratique chiite au pouvoir.

Le faible taux de participation est largement considéré comme une mesure de la façon dont les Iraniens perçoivent le gouvernement du pays, avec un faible taux de participation un signal de mécontentement possible à l'égard des dirigeants cléricaux iraniens et du système qu'ils dirigent.

Les électeurs avaient également des options limitées lors du scrutin de vendredi, car plus de 7 000 candidats potentiels avaient été disqualifiés, pour la plupart des réformistes et des modérés. Parmi les personnes disqualifiées se trouvaient 90 membres du Parlement iranien de 290 sièges qui souhaitaient se présenter aux élections.

Les radicaux iraniens ont également remporté les 30 sièges parlementaires dans la capitale, Téhéran, a rapporté dimanche la télévision nationale, mais les autorités n'ont pas encore annoncé le taux de participation aux élections nationales il y a deux jours.

La télévision d'État a également déclaré que l'ancien maire de Téhéran, Mohammad Bagher Qalibaf, l'un des principaux candidats au poste de président du Parlement, était le principal vainqueur de la capitale, avec plus de 1,2 million de voix.

Le chef suprême de l'Iran a accusé dimanche matin la "propagande" ennemie d'essayer de dissuader les gens de voter en amplifiant la menace du coronavirus.

Une série de crises ont frappé l'Iran au cours de l'année écoulée, notamment des manifestations antigouvernementales généralisées en novembre et des sanctions américaines faisant peser la pression sur l'économie en chute libre.

À la veille du vote en Iran, l'administration Trump a sanctionné cinq fonctionnaires électoraux et le secrétaire d'État Mike Pompeo a qualifié les élections de "trompe-l'œil".

Dans des remarques de son bureau à Téhéran, l'ayatollah Ali Khamenei a accusé la "propagande négative" des ennemis de l'Iran d'avoir tenté de décourager les gens de voter aux élections de vendredi.

"Leurs médias n'ont pas ignoré la moindre occasion de décourager les gens et de recourir au prétexte des maladies et du virus", a-t-il déclaré.

L'Iran a signalé son premier cas de virus deux jours avant les élections nationales, et huit décès ont été signalés depuis par le virus. C'est le nombre de morts le plus élevé du virus en dehors de la Chine, où l'épidémie est apparue il y a quelques mois.

L'Iran a confirmé 43 cas au total dans au moins cinq villes différentes, dont la capitale, Téhéran, où certaines pharmacies sont déjà à court de masques et de désinfectants pour les mains.

Des écoles ont été fermées à Téhéran et dans 10 provinces pendant au moins deux jours, à partir de dimanche, pour empêcher la propagation du virus. Les autorités ont également suspendu les matchs de football et arrêté les spectacles dans les cinémas et autres lieux.

Des responsables iraniens ont encouragé les gens à voter dans les jours précédant les élections, alors même que les inquiétudes concernant la propagation du virus commençaient à augmenter.

L'Iraq et le Pakistan, qui partagent des frontières avec l'Iran, ont pris des mesures préventives pour limiter la propagation du virus par les voyageurs iraniens. Des voyageurs infectés d'Iran ont déjà été découverts au Liban et au Canada.

L'Arabie saoudite a ordonné à toute personne voyageant d'Iran d'attendre au moins 14 jours avant d'entrer dans le royaume car elle cherche à empêcher la propagation du virus aux sites de pèlerinage musulmans de La Mecque et de Médine.

Pendant ce temps, l'agence de presse officielle IRNA a déclaré que le dépouillement des votes avait pris fin dimanche, avec 201 des 208 circonscriptions décidées. Les sept circonscriptions relativement plus petites seront décidées lors d'un second tour plus tard en avril.

Dimanche également, le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif a plaisanté sur le fait de serrer la main de son homologue autrichien en visite Alexander Schallenberg et a déclaré aux journalistes: "Nous devons leur serrer la main, ne vous inquiétez pas, je n'ai pas de coronavirus".

Lors de sa rencontre avec le ministre autrichien des Affaires étrangères, le président Hassan Rouhani a ironisé sur le fait que les sanctions américaines contre l'Iran "sont comme le coronavirus" causant plus de peur que la réalité, a rapporté l'agence de presse officielle IRNA. Il a exhorté l'Europe à résister aux pressions américaines.

Schallenberg est à Téhéran au milieu des efforts des pays européens pour maintenir l'accord nucléaire iranien avec les puissances mondiales. Les tensions régionales ont augmenté de façon constante depuis que les États-Unis se sont retirés de l'accord historique.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus