Le fondateur d'un organisme de bienfaisance canadien respecté, Jean Vanier, a abusé sexuellement de 6 femmes: rapport

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

PARIS —
Un rapport d'un organisme de bienfaisance basé en France qui aide les personnes ayant une déficience intellectuelle a conclu que son défunt fondateur canadien avait des "relations sexuelles manipulatrices" avec les femmes depuis plusieurs décennies, choquant les membres du groupe qui continuent son travail aujourd'hui.

L'Arche International dit dans un résumé du rapport que Jean Vanier, décédé l'an dernier à l'âge de 90 ans, avait eu des relations avec au moins six femmes entre 1970 et 1995, dont certaines ont déclaré que Vanier "a utilisé son pouvoir sur elles pour profiter de à travers différents types de comportements sexuels. "

Le rapport note qu'aucune des femmes n'était handicapée. Cependant, il a déclaré que tous décrivaient leur vulnérabilité, provenant parfois de milieux familiaux difficiles ou recherchant une figure paternelle ou cherchant une orientation spirituelle.

"Il a dit:" Ce n'est pas nous, c'est Marie et Jésus. Vous êtes choisis, vous êtes spéciaux, c'est secret "", a déclaré l'une des victimes anonymes du comportement de Vanier, selon le rapport.

Le document note également que les femmes ont décrit des obstacles importants pour soulever des préoccupations au sujet des relations, étant donné la «personnalité charismatique» de Vanier et sa position dominante au sein de L'Arche.

Vanier, fils de l'ancien gouverneur général Georges P. Vanier, a travaillé comme officier de marine canadien et professeur avant de se tourner vers des œuvres de charité d'inspiration catholique.

Une visite à un hôpital psychiatrique l'a incité à fonder L'Arche en 1964 comme milieu de vie alternatif où les personnes ayant une déficience intellectuelle pouvaient être des participantes à part entière dans la communauté plutôt que des patients.

Un message publié sur Facebook samedi matin par L'Arche Daybreak, à Richmond Hill, en Ontario, qui était la première des 29 communautés canadiennes de l'organisme de bienfaisance, a déclaré que les nouvelles en provenance de France étaient troublantes.

"Nous, à L'Arche Daybreak, sommes à la fois choqués et attristés par les résultats car ce comportement, tel que révélé dans le rapport, trahit les valeurs fondamentales de notre organisation", a indiqué le journal.

Jocelyn Girard, une ancienne responsable de deux communautés de L'Arche qui a rencontré Vanier à plusieurs reprises en France et au Québec, entre 1998 et 2010, espérait que la nouvelle ne priverait pas les communautés d'un précieux financement.

Il a dit que les personnes et les assistants qui ont été transformés pour le reste de leur vie devront maintenant supposer que ce n'est pas Vanier qui les a transformés, mais les personnes handicapées elles-mêmes qui vivaient dans les communautés.

Dans le monde, il y a 154 communautés résidentielles de L'Arche dans 38 pays sur les cinq continents.

Vanier est né à Genève, en Suisse, le quatrième de cinq enfants. Il a été nommé à l'Ordre du Canada et à la Légion d'honneur de la France.

Le rapport explique que l'enquête a été ouverte à la suite d'une autre enquête ouverte en 2014 sur des allégations d'abus sexuels par le père Thomas Philippe, un prêtre catholique Vanier appelé son "père spirituel", décédé en 1993.

Le rapport indique qu'en 2016, les dirigeants de L'Arche ont reçu une allégation d'une femme au sujet de Vanier datant des années 1970. Il a dit que Vanier a reconnu la relation, mais a déclaré qu'il croyait que la relation était «réciproque».

En mars 2019, vers la fin de la vie de Vanier, le rapport indique que L'Arche International a reçu une autre allégation similaire et a décidé de lancer une enquête indépendante, qui a été menée par la firme britannique indépendante GCPS Consulting. Il a également examiné la relation de Vanier avec Philippe, ainsi que la réponse de Vanier aux situations de maltraitance portées à son attention.

"L'équipe d'enquête a constaté que les victimes présumées, qui n'étaient pas liées les unes aux autres et n'avaient aucune connaissance de leurs histoires respectives, avaient chacune subi un processus de réflexion personnelle sérieuse", note le rapport.

"Bien que profondément touchés par les événements du passé, ils étaient à la fois humbles et sans haine ni désir de vengeance."

L'Arche Daybreak, dans son article Facebook, a félicité les femmes.

"Nous rendons hommage au courage des victimes qui se sont manifestées et nous sommes solidaires avec elles et avec toutes les victimes d'abus", a déclaré le groupe ontarien dans le message.

Le cardinal Thomas Collins, archevêque de Toronto, a publié samedi une déclaration décrivant les révélations comme "tragiques et déchirantes".

"Au milieu de cette obscurité, nous trouvons un rayon de lumière chez ceux qui servent si fidèlement dans les communautés de L'Arche dans le monde entier et ont consacré leur vie à l'amitié, aux soins et à l'amour", a déclaré Collins.

Ce rapport de La Presse canadienne a été publié pour la première fois le 22 février 2020.

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus

No Content Available