Erdogan de la Turquie espère négocier la trêve syrienne à Moscou

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Beyrouth –
Le président turc a déclaré lundi qu'il espérait conclure un cessez-le-feu en Syrie plus tard cette semaine à Moscou lors de sa rencontre avec son homologue russe, après s'être alarmé des affrontements directs dans le nord-ouest de la Syrie entre les troupes turques et les forces syriennes soutenues par la Russie.

L'offensive de plusieurs mois du gouvernement syrien dans la province d'Idlib, la dernière zone tenue par les rebelles dans le pays, a déclenché l'une des pires crises humanitaires de la guerre. Près d'un million de civils syriens ont fui vers le nord en direction de la frontière turque scellée.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a envoyé des milliers de soldats à Idlib pour soutenir les combattants de l'opposition qui s'y sont enfermés, mais n'a pas pu arrêter l'offensive du gouvernement.

Erdogan, s'adressant lundi à un rassemblement de son parti au pouvoir dans la capitale turque, a déclaré qu'il espérait parvenir à un accord de cessez-le-feu pour Idlib lors de sa rencontre avec Vladimir Poutine jeudi pour "empêcher de nouvelles effusions de sang". Il n'a pas élaboré. A Moscou, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a confirmé la réunion de jeudi.

Les combats directs entre les forces turques et syriennes ont été rares tout au long des neuf années de guerre civile.

La Russie a fait pencher la balance en faveur du président syrien Bachar Assad après avoir rejoint le conflit de son côté en septembre 2015. La Turquie et la Russie ont étroitement coordonné la situation en Syrie ces dernières années, alors même que la Turquie continue de soutenir fortement l'opposition syrienne.

La Russie est restée largement en marge ce week-end, même si la contre-offensive menée par la Turquie à Idlib s'est émoussée et, dans certains cas, a inversé les avancées du gouvernement syrien.

Cependant, lundi, les forces gouvernementales syriennes et leurs alliés ont repris la ville clé de Saraqeb, au nord-ouest, quelques jours seulement après l'avoir prise – puis la perdre à nouveau – aux forces rebelles, selon les médias progouvernementaux et un observateur de la guerre de l'opposition. La ville se trouve sur la route principale reliant les deux plus grandes villes de Syrie, Damas et Alep, également connue sous le nom de M5, ce qui en fait la clé de qui contrôle le pays.

Les combats à proximité se sont cependant poursuivis et, alors qu'un journaliste de la télévision nationale syrienne parlait en direct de l'intérieur de Saraqeb, un obus a explosé derrière lui, provoquant un champignon de poussière. Le journaliste et son équipe se sont précipités à couvert dans un bâtiment voisin.

Plus tard lundi, la Russie a déclaré que ses unités de police militaire déployées à Saraqeb "étaient importantes pour assurer la sécurité et le transit ininterrompu des véhicules et des civils". Cette décision semblait être une tentative pour obtenir le contrôle de la ville une fois pour toutes.

Les combats se sont aggravés ces derniers jours, après que des bombardements syriens ont tué plus de 30 soldats turcs à Idlib. La Turquie a répondu par des attaques de drones et des bombardements qui ont tué plus de 90 soldats syriens et hommes armés alliés. L'armée de l'air turque a également abattu deux avions de guerre syriens après que les défenses aériennes syriennes ont abattu l'un de ses drones. Les pilotes syriens se sont éjectés en toute sécurité.

La Turquie a perdu 54 soldats en Syrie en février, dont 33 tués jeudi lors d'une seule frappe aérienne.

Outré, Erdogan a ensuite annoncé que les frontières occidentales de son pays avec l'Europe étaient ouvertes samedi pour des milliers de migrants et de réfugiés souhaitant traverser, alors qu'il cherchait à faire pression sur l'UE pour aider la Turquie à gérer les retombées de la guerre en Syrie. Des milliers de migrants ont depuis convergé vers les frontières terrestres et maritimes de la Turquie avec la Grèce, essayant d'entrer en Europe.

Le ministère syrien des Affaires étrangères a déclaré dans un communiqué que la communauté internationale devrait empêcher Erdogan de profiter des "souffrances des Syriens pour faire chanter les pays européens en libérant des vagues de migrants vers l'Europe".

À l'extrémité sud d'Idlib, des combats intenses ont été signalés près du village de Kafranbel, que les troupes syriennes ont capturé la semaine dernière, ont déclaré des militants de l'opposition.

L'Observatoire syrien des droits de l'homme basé en Grande-Bretagne a déclaré que les troupes avaient capturé la ville sous le couvert de frappes aériennes russes.

Les forces gouvernementales syriennes ont capturé des dizaines de villages depuis le lancement de la dernière offensive à Idlib début décembre, faisant des centaines de morts et déplaçant plus de 950 000 personnes.

——

Les écrivains d'Associated Press Andrew Wilks à Ankara, Albert Aji à Damas, en Syrie, et Vladimir Isachenkov à Moscou ont contribué au reportage.

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus