Agence des Nations Unies: l'Iran multiplie par trois le stock d'uranium enrichi

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

VIENNE –
L'Iran a presque triplé son stock d'uranium enrichi depuis novembre en violation de son accord avec les puissances mondiales et refuse de répondre aux questions concernant trois sites nucléaires non déclarés possibles, a déclaré mardi l'agence de surveillance atomique des Nations Unies.

L'Agence internationale de l'énergie atomique a fait cette déclaration dans un rapport confidentiel distribué aux pays membres qui a été vu par l'Associated Press. L'agence a déclaré que le 19 février, le stock total d'Iran d'uranium faiblement enrichi s'élevait à 1020,9 kilogrammes (1,1 tonne), contre 372,3 kilogrammes notés dans son dernier rapport le 3 novembre 2019.

Le stock actuel met l'Iran à portée de la quantité nécessaire pour produire une arme nucléaire, ce qu'il insiste sur le fait qu'il ne veut pas faire.

L'accord nucléaire que l'Iran a signé en 2015 avec les États-Unis, l'Allemagne, la France, la Grande-Bretagne, la Chine et la Russie, connu sous le nom de Plan d'action global conjoint, ne permet à l'Iran que de conserver un stock de 202,8 kilogrammes.

Le JCPOA a promis des incitations économiques à l'Iran en échange des restrictions de son programme nucléaire, mais depuis que le président américain Donald Trump a retiré les États-Unis de l'accord unilatéralement en 2018, l'Iran a lentement violé les restrictions de l'accord. Avec ces violations, Téhéran a déclaré qu'il espérait faire pression sur les autres nations impliquées pour augmenter les incitations économiques afin de compenser les sanctions sévères imposées par Washington après le retrait américain.

Dans un deuxième rapport publié mardi, l'AIEA a indiqué qu'elle avait identifié trois endroits en Iran où le pays pourrait stocker des matières nucléaires non déclarées ou entreprendre des activités liées au nucléaire sans le déclarer aux observateurs internationaux. Il a indiqué qu'il avait envoyé des questions à l'Iran dans trois lettres distinctes mais n'avait reçu aucune réponse.

Selon l'Arms Control Association, basée à Washington, l'Iran aurait besoin d'environ 1 050 kilogrammes d'uranium faiblement enrichi – de moins de 5% de pureté – et aurait ensuite besoin de l'enrichir davantage en qualité militaire, ou plus de 90% de pureté, une arme.

Avec l'accord sur le nucléaire en place, le soi-disant «temps de rupture» de l'Iran – la période dont Téhéran aurait besoin pour construire une bombe s'il le voulait – a duré environ un an. Alors que l'Iran s'est éloigné des limites de l'accord sur le nucléaire de 2015, il a lentement rétréci cette fenêtre.

Cependant, cela ne signifie pas que l'Iran se précipiterait immédiatement vers une bombe si tous les matériaux étaient en place.

Avant l'accord sur le nucléaire, l'Iran a enrichi son uranium jusqu'à 20%, ce qui n'est qu'à une courte étape technique d'un niveau de 90% de qualité militaire. En 2013, le stock iranien d'uranium enrichi dépassait déjà les 7 000 kilogrammes avec un enrichissement plus élevé, mais il n'a pas poursuivi une bombe.

L'Iran a violé d'autres restrictions dans le JCPOA, y compris le stock d'eau lourde qu'il est autorisé et le nombre et le type de centrifugeuses qu'il exploite.

Il a annoncé les violations au fur et à mesure qu'elles se sont produites et a autorisé les inspecteurs de l'AIEA à les vérifier. L'Iran a également déclaré que les mesures étaient toutes réversibles s'il obtenait les incitations économiques dont il avait besoin.

Dans le dernier cas, Ali Asghar Zarean, un assistant du chef du nucléaire iranien, a annoncé le 26 janvier que le stock d'uranium enrichi de l'Iran avait dépassé 1 200 kilogrammes (2 646 livres).

"L'Iran augmente à grande vitesse son stock d'uranium enrichi", a-t-il dit.

Jusqu'à présent, la pression de l'Iran n'a pas produit les incitations économiques des pays JCPOA que Téhéran espérait.

Les pays européens impliqués dans l'accord – l'Allemagne, la France et la Grande-Bretagne – ont invoqué en janvier un mécanisme de règlement des différends, destiné à résoudre les problèmes avec l'accord ou à les renvoyer au Conseil de sécurité de l'ONU, ce qui pourrait entraîner un "snap-back" des sanctions internationales.

Les trois sites en Iran cités par l'agence des Nations Unies où les activités nucléaires étaient censées dater d'avant la signature du JCPOA. Ils viennent s'ajouter à un autre en dehors de Téhéran où l'AIEA avait précédemment déclaré que des particules d'uranium d'origine humaine avaient été découvertes et n'avaient pas été déclarées, ce qui semblait confirmer les allégations des États-Unis et d'Israël selon lesquelles l'Iran aurait un entrepôt nucléaire secret.

L'agence a déclaré que Téhéran avait répondu à ses dernières préoccupations dans une lettre du 28 janvier selon laquelle "l'Iran ne reconnaîtrait aucune allégation concernant les activités passées et ne se considère pas obligé de répondre à de telles allégations".

L'AIEA a répondu que ses demandes d'éclaircissements étaient conformes à l'engagement plus large de l'Iran d'autoriser les inspections de ses installations nucléaires et n'étaient pas liées aux dispositions du JCPOA.

———-

Rising rapporté de Berlin. Jon Gambrell à Dubaï, aux Émirats arabes unis, a contribué à cette histoire

Hausse rapportée de Berlin

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

1 commentaire

  1. Gotabaya Rajapaksa a dit :

    There’s definately a great deal to know about this topic.
    I love all of the points you made.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus