People

Storry, nominé aux reggae aux Juno Awards, quitte le travail du sexe pour la musique

TORONTO –
Lorsque vous avez vécu autant de vies que l'auteur-compositeur-interprète Storry, il y a une raison de diviser chaque expérience charnière en son propre chapitre dramatique.

C'est pourquoi la musicienne, qui se rendra aux Juno Awards ce week-end avec sa première nomination, a décidé qu'il était utile de se révéler en couches.

Son premier album marque une troisième partie, appelée "Ch III: The Come Up", reprenant son histoire de vie en cours, alors qu'elle envisage une carrière en dehors du monde des clubs de striptease et dans l'industrie de la musique, qu'elle décrit comme "tout aussi misogyne et problématique".

«Beaucoup de gens se disaient: 'Ne raconte pas ton histoire, ça va sembler fantaisiste'», explique l'interprète alors qu'elle était assise dans son salon à la périphérie de Toronto.

"Essayer de le cacher serait presque impossible. C'est dans chaque fil de ma vie; ça fait partie de qui je suis."

La plupart de sa vie, elle a été confrontée à des défis personnels incroyables, allant de ce qu'elle décrit comme se remettre d'un ex violent, à réparer les relations familiales et à travailler comme strip-teaseuse.

Avec son album, elle espère contester les stéréotypes et les généralisations radicales de l'industrie du sexe, et écraser toutes les notions selon lesquelles la vie des travailleuses du sexe n'est pas aussi nuancée que tout le monde.

L'album de Storry atterrit au milieu d'un réexamen général de la façon dont les femmes dans l'industrie du sexe sont dépeintes et reçues. L'année dernière, Jennifer Lopez a amené l'humanité à un personnage compliqué dans le film "Hustlers", tandis que le rappeur Cardi B a implacablement poussé contre l'idée que les strip-teaseuses sont des merveilles d'une seule note.

"Cardi B nous a permis d'être considérée comme une maman, une artiste … et c'est mon intention derrière cet album, d'ajouter plus à ces dimensions aux strip-teaseuses et aux travailleuses du sexe", a-t-elle ajouté.

Née à Toronto sous le nom de Dina Koutsouflakis, Storry a passé ses années de formation à Mississauga, en Ontario, avant de déménager à Montréal où elle a étudié le jazz vocal au Collège Vanier. Elle est retournée à Toronto pour prendre l'opéra dans une université locale avant de décider qu'elle trouvait une plus grande passion dans l'écriture de chansons originales.

À cette époque, elle a rencontré un producteur de musique en ligne, est tombée amoureuse et a entamé sa première relation amoureuse, une relation qui, selon elle, lui a progressivement fait perdre le contrôle de ses propres choix de vie. Elle décrit être totalement aveugle par le changement de pouvoir, au moins en partie à cause de l'inexpérience.

"Je suis sur la lune et puis cinq mois plus tard, je suis dans un club de strip-tease, il prend tout mon argent, et ça a été ma vie pendant de nombreuses années", a-t-elle déclaré.

"Quiconque m'a rencontré à l'école, toutes mes tantes, tout le monde vous disait que j'étais une personne confiante et très sage. Je donnais toujours des conseils aux autres … disant aux gens de quitter les relations abusives, donc personne n'aurait jamais pensé que j'entrerais dans une relation comme ça. Les étoiles s'alignent parfois et ce n'est la faute de personne. "

Koutsouflakis a déclaré que la relation était rapidement devenue toxique. Elle a dit qu'elle n'était pas autorisée à posséder un ordinateur ou à utiliser les médias sociaux, et elle s'est éloignée de sa famille.

À la fin de la relation, elle dit que toute la musique qu'ils ont créée ensemble est restée sous son contrôle. Elle ne l'a pas revu depuis. Laissée en ruine financière, elle s'est tournée vers sa mère pour obtenir de l'aide et a fait une retraite de yoga en Inde pour renouveler son esprit.

De retour au Canada en 2015, elle a ravivé sa relation avec sa famille.

"Personne ne savait ce qui se passait dans ma vie, alors je me sentais très seule et je pensais que ma famille allait me renier si elle le découvrait", a-t-elle déclaré.

"Quand je suis revenu d'Inde, j'ai fait une liste de personnes à qui j'allais dire ma vérité. Ma mère, mon frère, un couple de mes cousins, certains de mes amis les plus proches, et je me suis donné une semaine pour leur dire. J'ai assis chacun d'eux, j'ai déjeuné et expliqué ce qui s'était passé dans ma vie. Presque toutes les personnes m'ont embrassé et m'ont dit qu'elles souhaitaient être venues me voir plus tôt. "

Ces conversations ont encouragé la chanteuse à se lancer dans une exploration plus profonde d'elle-même et du chemin compliqué qui impliquerait la thérapie et la solidification d'une nouvelle identité pour elle-même.

«J'ai eu quatre noms différents que j'ai utilisés de manière assez cohérente», a-t-elle expliqué, pointant son nom de naissance, son nom de travailleur du sexe, un autre «faux vrai nom» qu'elle a utilisé pendant son travail, et enfin son identité de scène .

Storry est la "personne qui m'a aidé à sortir de toute cette merde" et a contribué à façonner son prochain chapitre, a déclaré la musicienne. Dans les années qui suivirent, elle se remit à chanter plus sérieusement en vue de sortir son premier album.

Parmi les chansons qui ont jeté les bases se trouve "Another Man", qui est nominé aux Junos dans la catégorie album reggae.

La piste a été créée lors d'un voyage en Jamaïque avec les célèbres joueurs de la section rythmique Sly Dunbar et Robbie Shakespeare, qui travaillent sous leur nom collaboratif Sly and Robbie. Les producteurs étaient à la recherche de chanteurs pour apparaître sur leur album de compilation "Pocket Book Riddim", une collection de morceaux qui présentent chacun un chanteur interprétant leurs propres paroles par-dessus le même rythme d'accompagnement. Le sous-genre populaire est appelé «riddims juggla».

Sachant que de nombreux auditeurs la rencontreront pour la première fois en tant que prétendue artiste reggae, elle souligne rapidement que Storry est une identité à multiples facettes qui, sur son premier album, explore la soul, le hip hop, le R&B et même un éclat de ses racines d'opéra.

Son dernier single "Money Ain't Free" donne vie à l'expérience de Storry, plongeant dans le push and pull de l'industrie du sexe sur une femme qui en est venue à compter sur elle comme une ressource financière. La chanson est classe, un peu voyante de Broadway, et tire sur des cordes émotionnelles qui seront familières aux auditeurs d'Amy Winehouse et d'Etta James.

Avec la nomination Juno à son actif, elle espère que sa nouvelle influence l'aidera à élargir ses ambitions dans l'industrie de la musique, qui comprennent la coproduction de son propre album et d'autres activités artistiques telles que le cinéma et la peinture.

"Je m'efforce vraiment de créer une expérience", a-t-elle déclaré, "et les histoires ne sont jamais à une dimension."

Écoutez une liste de lecture des nominés aux prix Juno 2020 sur Spotify.

Ce rapport de La Presse canadienne a été publié pour la première fois le 10 mars 2020.

Comments

0 comments

Loading...

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

Veiller activer le bloqueur de publicité afin de naviguer sur notre site. Merci pour votre compréhension.