L'Iran demande des milliards de prêts alors que le nombre de décès dus au virus atteint 429

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

TÉHÉRAN, IRAN —

L'Iran a déclaré jeudi avoir demandé un prêt d'urgence de 5 milliards de dollars au Fonds monétaire international pour aider à lutter contre la propagation d'un nouveau virus qui a balayé le pays, infectant plus de 10 000 personnes et tuant des centaines de personnes.

Le porte-parole du ministère iranien de la Santé, Kianoush Jahanpour, a annoncé lors d'une conférence de presse télévisée désormais quotidienne que 75 personnes étaient décédées au cours des dernières 24 heures et plus de 1000 nouveaux cas d'infection avaient été confirmés, ce qui porte le nombre de morts à 429 et les cas confirmés à 10075.

Dans un tweet jeudi, le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif a exhorté le FMI à "se tenir du bon côté de l'histoire et à agir de manière responsable" en débloquant les fonds par le biais de l'instrument financier rapide du prêteur international. Le chef de la Banque centrale iranienne, Abdolnasser Hemmati, a déclaré jeudi qu'il avait fait une demande de 5 milliards de dollars la semaine dernière dans une lettre adressée au chef du FMI, Kristalina Georgieva. Le FMI s'est déclaré prêt à soutenir les pays qui luttent contre le virus.

Zarif a exhorté les pays à aider l'Iran avec des masques faciaux N95, des respirateurs, des blouses chirurgicales, des kits de test, des appareils de radiographie numérique portables et d'autres fournitures médicales nécessaires. L'Organisation mondiale de la santé a récemment envoyé un envoi via un avion cargo émirati rempli de matériel médical vers l'Iran, dont 1 100 kits de dépistage de virus qui peuvent tester plus de 105 000 personnes.

L'économie iranienne a été frappée par les sanctions américaines, qui ont étouffé la capacité de Téhéran à vendre son pétrole. La récente épidémie de virus a aggravé ses problèmes économiques, tous les voisins de l'Iran fermant leurs frontières aux Iraniens et plusieurs pays coupant les liens de voyage avec l'Iran, y compris la navigation dans certains cas, ce qui affecte également les importations.

Zarif a tweeté que la lutte contre le virus avait été "entravée par de vastes pénuries causées par des restrictions", une référence aux sanctions américaines.

Pour la plupart des gens, le nouveau coronavirus ne provoque que des symptômes légers ou modérés, tels que fièvre et toux. Pour certains, en particulier les personnes âgées et les personnes ayant des problèmes de santé existants, cela peut provoquer des maladies plus graves, notamment une pneumonie. La grande majorité des personnes se remettent du nouveau virus et de la maladie COVID-19 qu'il provoque.

Parce qu'il n'y a toujours pas de vaccin contre la maladie infectieuse, les pays mettent en œuvre des mesures strictes pour limiter sa propagation, ainsi que l'impact qu'une épidémie pourrait avoir sur les salles d'urgence et les unités de soins intensifs.

Les pays de la région ont imposé leurs propres niveaux variables de restrictions de voyage, de l'arrêt complet de tous les vols commerciaux au Koweït, à l'Arabie saoudite interdisant les voyages dans 39 pays.

Pendant ce temps, il y a eu une augmentation des cas dans les États arabes du Golfe, la plupart des personnes infectées étant en Iran ou ayant récemment voyagé là-bas.

Les marchés boursiers régionaux ont également baissé, reflétant les inquiétudes des investisseurs et les nerfs ressentis à l'échelle mondiale alors que les prix du pétrole chutent et que les recettes touristiques sont érodées par le virus. Mercredi, l'Organisation mondiale de la santé a officiellement qualifié l'épidémie de "pandémie".

Plusieurs hauts responsables iraniens – de son vice-président principal aux ministres du Cabinet, membres du Parlement, membres des Gardiens de la révolution, agents de santé et représentants du ministère de la Santé – ont contracté le virus. Certains de ces responsables sont morts.

Il est à craindre que le nombre d'infections en Iran soit beaucoup plus élevé que les cas confirmés signalés par le gouvernement, qui a du mal à contenir ou à gérer sa propagation. L'augmentation du nombre de victimes chaque jour en Iran suggère que la lutte contre le nouveau coronavirus est loin d'être terminée.

En dehors de l'Iran, seuls l'Irak, l'Égypte et le Liban ont enregistré des décès dus au virus au Moyen-Orient. L'Iran a l'un des pires décès au monde en dehors de la Chine, l'épicentre de l'épidémie.

Jeudi, le nombre de cas confirmés en Israël est passé à 100, contre 31 en Cisjordanie et aucun dans la bande de Gaza. À partir de jeudi soir, Israël interdira aux étrangers d'entrer dans le pays, à moins qu'ils ne puissent prouver qu'ils peuvent s'auto-mettre en quarantaine pendant deux semaines.

Un troisième Libanais est décédé des suites du coronavirus, a annoncé jeudi l'agence nationale de presse nationale. Il a déclaré que le système immunitaire de l'homme était affaibli parce qu'il avait un cancer. Les médias locaux ont rapporté que l'homme avait 79 ans et que le virus lui avait été transmis par le premier homme décédé au Liban plus tôt cette semaine.

Cette semaine, le Qatar a signalé un bond massif des cas de nouveau coronavirus mercredi soir avec 262 désormais infectés. Plus de 200 nouveaux cas ont été trouvés en quarantaine. À Bahreïn, les cas confirmés ont également augmenté de près de 70% pour atteindre 189 cas confirmés, après que 77 nouveaux cas ont été confirmés lors d'un vol de retour des Bahreïniens d'Iran.

Le Koweït a fermé jeudi tous les lieux de travail et les activités non essentielles pendant deux semaines, y compris les restaurants, les cafés et les clubs de santé. Les écoles et les universités ont déjà été suspendues. Tous les vols commerciaux sont interrompus vers le Koweït à partir de vendredi. Le pays compte plus de 70 cas confirmés de nouveau virus.

L'Égypte, le pays le plus peuplé du monde arabe, a signalé sept autres cas mercredi soir, portant le nombre total de cas à 67. Dans la ville de Louxor, dans le sud du pays, 70 travailleurs et guides égyptiens sont restés en quarantaine sur un bateau de croisière sur le Nil. Plus tôt cette semaine, 83 touristes étrangers ont quitté la quarantaine sur le navire et sont rentrés chez eux la semaine après avoir été testés négatifs pour le virus.

L'Arabie saoudite a annoncé un bond du nombre de cas de 21 à 45 mercredi soir, dont 12 Égyptiens en quarantaine à La Mecque, où les pèlerinages musulmans ont été suspendus. Le royaume a également déclaré jeudi que des groupes de plus de 50 personnes ne pouvaient pas se réunir en public, ce qui pourrait avoir un impact sur les prières communautaires du vendredi.

Le grand rabbin d'Israël a ordonné aux synagogues de ne pas rassembler plus de 100 fidèles à la fois, conformément aux instructions du ministère de la Santé. Le mur occidental de la vieille ville de Jérusalem est resté ouvert.

——

Batrawy a rapporté de Dubaï, Emirats Arabes Unis. Les rédacteurs de l'Associated Press Zeina Karam à Beyrouth, Isabel DeBre au Caire et Tia Goldenberg à Jérusalem ont contribué au reportage.

——

L'Associated Press reçoit un soutien pour la couverture de la santé et de la science du Département de l'éducation scientifique du Howard Hughes Medical Institute. L'AP est seul responsable de tout le contenu

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus