Laminute.info: site d'actualité générale

Abattu à neuf reprises lors d'un massacre dans une mosquée, un survivant surmonte la peur

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

CHRISTCHURCH, NOUVELLE-ZÉLANDE –
Lorsque le tireur est entré dans la mosquée Al Noor, Temel Atacocugu était à genoux pour les prières du vendredi. Il leva les yeux vers le visage de l'homme, pensant qu'il était policier à cause de sa tenue paramilitaire. Le temps a ralenti. Atacocugu a vu une bouffée de fumée sortir du pistolet levé, a senti une balle frapper ses dents et a pensé: "Oh, mon Dieu, je suis en train de mourir."

Mais malgré avoir été abattu de neuf balles, Atacocugu a survécu à l'attaque d'Al Noor, l'une des deux mosquées de la ville de Christchurch qui ont été attaquées le 15 mars de l'année dernière, lors de la fusillade de masse la plus meurtrière de la Nouvelle-Zélande.

Dimanche, la Nouvelle-Zélande commémorera les 51 personnes tuées lors des attaques. Atacocugu, 45 ans, surmonte lentement ses propres blessures physiques et psychologiques depuis ce jour. Et il s'est même retrouvé prêt à affronter une peur d'enfance: les requins.

Le jour des attaques, Atacocugu était de bonne humeur lorsqu'il est entré dans la mosquée. Homme actif qui aime le football, la pêche et la course à pied, il venait de terminer sa dernière séance d'acupuncture pour une blessure sportive et se sentait en pleine forme.

Ayant grandi en Turquie, il avait suivi une formation militaire obligatoire, alors il a rapidement réalisé ce qui se passait. Le personnel médical lui dira plus tard qu'il était incroyablement chanceux que la balle, qui a frappé sa mâchoire supérieure, ait dévié vers le bas plutôt que de continuer dans son cerveau ou une artère.

Atacocugu dit qu'après ce premier coup de feu à la bouche, il a sauté sous le choc et a été abattu quatre fois de plus dans les deux jambes. Les gens criaient. Un autre fidèle s'est précipité sur le tireur et a été tué, mais cela a donné à Atacocugu quelques secondes pour réagir et pour courir du mieux qu'il pouvait.

Il n'y avait pas d'issue évidente, alors il se coucha immobile sur le sol. Il a par la suite été abattu de quatre balles supplémentaires au bras et à la jambe gauche alors que le tireur tirait sans discernement sur les tas de corps.

Atacocugu a passé un mois dans un hôpital et a subi quatre opérations qui comprenaient des greffes osseuses et cutanées. Il aura besoin d'au moins trois autres chirurgies dans les mois à venir.

"Le plus grand changement après l'attaque, c'est que je ne peux plus être libre comme avant", explique Atacocugu. "Parce que je me déplace très peu. Et je me sentais comme un petit bébé, parce que quelqu'un doit toujours prendre soin de moi."

Pourtant, son rétablissement physique un an plus tard est remarquable. Le fauteuil roulant et la canne ont disparu. Son bras gauche reste affaibli, mais lorsqu'il marche dans la rue ou joue avec son chien Labradoodle, Max, la boiterie d'Atacocugu est à peine perceptible.

Il y a quelques semaines, il a recommencé à jouer au football avec un groupe de ses amis, en plaisantant que ces jours-ci, il était dépassé par des hommes en forme dans la 70. En un match, il a montré ses compétences en plaquant, en tachant et en talonnant une passe.

La récupération mentale d'Atacocugu prend plus de temps. Il a vu un psychologue qui l'aide à parcourir les images et les flashbacks qui le hantent encore.

"Il essaie de retirer la tache sombre de mon cerveau", dit-il.

Atacocugu a connu des épisodes de dépression et prend des antidépresseurs depuis la fusillade. Il pense qu'il devra continuer à prendre le médicament pendant au moins un an. Il a découvert que sa mémoire et sa capacité de concentration ont également été affectées.

Il dit qu'il ne veut pas continuer à travailler dans la boutique de kebabs qu'il dirigeait avec un partenaire commercial au moment de l'attaque et qu'il essaie maintenant de vendre sa participation. Il a aidé la boutique à quelques reprises depuis le tournage, mais s'est retrouvé nerveux avec des étrangers, ne voulant pas expliquer.

"C'est juste trop de monde et trop grand", dit-il. "Les gens continuent de demander:" Oh, qu'est-il arrivé à ton bras? "'

Atacocugu dit qu'il pense au lieu de revenir à ses compétences de peintre et de décorateur. C'est plus paisible, dit-il, travaillant aux côtés d'une équipe de confiance avec un seul client à traiter à un moment donné. Il a également récemment fait une offre d'achat d'une nouvelle maison à Christchurch, qui, il l'espère, l'aidera à prendre un nouveau départ.

Atacocugu a déménagé dans le pays du Pacifique Sud après avoir rencontré une femme néo-zélandaise en Turquie et l'épouser en 2001. Ils pensaient que Christchurch serait un bon endroit pour élever leurs enfants, dans un environnement qui semblait convivial et sûr. Le couple s'est séparé en 2016 et Atacocugu est resté à Christchurch pour être près de ses deux fils adolescents.

Il prévoit d'assister au procès du suprémaciste blanc australien de 29 ans, accusé d'avoir perpétré le massacre de l'an dernier. Brenton Tarrant a plaidé non coupable d'accusations de terrorisme, de meurtre et de tentative de meurtre, et son procès devrait s'ouvrir en juin. S'il est reconnu coupable, il encourt une peine d'emprisonnement à perpétuité.

Atacocugu dit que la façon dont le Premier ministre néo-zélandais Jacinda Ardern et les gens de tout le pays se sont réunis dans l'unité après que la fusillade montre que le tireur a déjà échoué dans sa quête pour semer la division. La haine, dit-il, a perdu et l'amour a gagné.

"En tant qu'humain, oui, je suis tellement en colère", dit Atacocugu. "Mais aussi, au fond de mon cœur, ma religion me fait me calmer et être patient. Je sais donc que le système juridique néo-zélandais va punir cet homme, ce terroriste, autant, aussi haut que possible, en vertu de la loi. . "

Au cours de la dernière année, Atacocugu a trouvé des moments de paix lors de deux voyages à l'étranger. L'un était en Turquie, où il a passé du temps avec sa mère et d'autres membres de la famille et des amis. L'autre était un voyage en Arabie saoudite pour le pèlerinage, le pèlerinage annuel que la plupart des musulmans sont tenus d'effectuer au cours de leur vie. Atacocugu faisait partie des 200 survivants et proches des attaques de Christchurch qui se sont rendus en Arabie saoudite en tant qu'invités du roi Salman.

"Presque toute ma vie est à l'envers et a changé", explique Atacocugu. "Mais spirituellement, d'une manière religieuse, je suis beaucoup plus fort qu'avant."

Cette force retrouvée s'est infiltrée dans d'autres aspects de sa vie. Atacocugu se souvient d'avoir regardé les films "Jaws" quand il était un garçon, une expérience qui l'a laissé terrifié de nager pendant des mois.

Des années plus tard, il a dressé une liste de nouvelles choses à vivre au cours de sa vie, notamment la plongée avec des requins. Pourtant, il ne pouvait jamais surmonter cette peur de l'enfance.

Mais il dit qu'après avoir été abattu, il a commencé à y penser beaucoup.

Il y a quelques mois, il s'est rendu à l'extrémité sud de la Nouvelle-Zélande et, un jour parfait, a pris un bateau d'excursion et a été immergé dans une cage métallique de protection parmi de grands requins blancs qui nageaient à une longueur de corps de lui. L'expérience le laissa exalté.

"J'ai fait face à ma peur", dit-il.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus