Laminute.info: site d'actualité générale

L'Iran prévient que le virus pourrait tuer des «millions» en République islamique

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

TÉHÉRAN, IRAN —
L'Iran a émis mardi son avertissement le plus terrible à propos de l'épidémie du nouveau coronavirus ravageant le pays, suggérant que "des millions" pourraient mourir en République islamique si le public continue de voyager et ignore les conseils de santé.

Un journaliste de la télévision d'État qui est également médecin n'a donné cet avertissement que quelques heures après que des fidèles chiites purs et durs la nuit précédente se soient frayés un chemin dans les cours de deux sanctuaires majeurs qui venaient d'être fermés par crainte du virus. Pendant ce temps, le chef suprême de l'Iran a rendu une décision religieuse interdisant les voyages "inutiles" dans le pays.

Près de neuf sur 10 des plus de 18 000 cas de nouveau virus confirmés à travers le Moyen-Orient proviennent d'Iran, où les autorités ont nié pendant des jours le risque posé par l'épidémie. Les autorités ont désormais mis en place de nouveaux contrôles pour les personnes essayant de quitter les grandes villes avant Nowruz, le nouvel an persan, vendredi, mais ont hésité à mettre les zones en quarantaine.

C'est même alors que le nombre de morts en Iran a encore augmenté de 13% mardi. Le porte-parole du ministère de la Santé, Kianoush Jahanpour, a déclaré que le virus avait tué 135 personnes supplémentaires pour porter le total à 988 parmi plus de 16 000 cas. La Jordanie s'est entre-temps préparée à son propre arrêt du virus, interdisant les rassemblements attirant plus de 10 personnes, Israël voisin ayant publié ses propres directives strictes pour la vie sous la menace du coronavirus.

La plupart des personnes infectées par le nouveau coronavirus ne présentent que des symptômes légers ou modérés, tels que de la fièvre et de la toux, et se rétablissent en quelques semaines. Mais le virus est très contagieux et peut être transmis par des personnes sans symptômes visibles. Pour certains, en particulier les personnes âgées et les personnes ayant des problèmes de santé existants, cela peut provoquer des maladies plus graves, notamment une pneumonie.

Le journaliste de la télévision d'État iranienne, le Dr Afruz Eslami, a cité une étude de la prestigieuse université de technologie Sharif de Téhéran, qui proposait trois scénarios. Si les gens commencent à coopérer maintenant, l'Iran connaîtra 120 000 infections et 12 000 décès avant la fin de l'épidémie, a-t-elle déclaré. S'ils offrent une coopération moyenne, il y aura 300 000 cas et 110 000 décès, a-t-elle déclaré.

Mais si les gens ne suivent aucune directive, cela pourrait effondrer le système médical iranien, déjà tendu, a déclaré Eslami. Si les "installations médicales ne sont pas suffisantes, il y aura 4 millions de cas et 3,5 millions de personnes mourront", a-t-elle déclaré.

Eslami n'a pas précisé les paramètres utilisés par l'étude, mais même le rapporter à la télévision d'État étroitement contrôlée par l'Iran a représenté un changement majeur pour un pays dont les responsables avaient pendant des jours nié la gravité de la crise.

Soulignant cette urgence, la fatwa émise par le guide suprême, l'ayatollah Ali Khamenei, interdisait les déplacements "inutiles". Il survient alors que le public a ignoré les avertissements et les appels répétés des forces de sécurité. Un tel décret est une décision rare de Khamenei, qui a le dernier mot sur toutes les questions d'État.

Tard lundi soir, des foules en colère ont fait irruption dans les cours du sanctuaire Imam Reza de Mashhad et du sanctuaire Fatima Masumeh de Qom. Les foules y prient généralement 24 heures par jour, sept jours par semaine, touchant et embrassant le sanctuaire. C'est l'inquiétude des responsables de la santé qui, pendant des semaines, ont ordonné au clergé chiite iranien de les fermer.

Plus tôt lundi, la télévision d'État avait annoncé la fermeture des sanctuaires, déclenchant les manifestations.

"Nous sommes ici pour dire que Téhéran a vraiment tort de faire ça!" un clerc chiite a crié au sanctuaire de Mashhad, selon une vidéo en ligne. D'autres se sont joints à lui en scandant: "Le ministre de la Santé a sacrément tort de le faire, le président a sacrément tort de le faire!"

Plus tard, la police a dispersé la foule et procédé à des arrestations. Les autorités religieuses et un important séminaire de Qom ont qualifié la manifestation d '"insulte" au sanctuaire dans un communiqué, exhortant les fidèles à se fier "à la sagesse et à la patience" pendant la fermeture.

Les sanctuaires iraniens attirent des chiites de tout le Moyen-Orient pour des pèlerinages, contribuant probablement à la propagation du virus à travers la région. L'Arabie saoudite avait auparavant fermé les sites les plus sacrés de l'islam par crainte de la propagation du virus.

Le président Hassan Rouhani a déclaré mardi, malgré les fermetures, "notre âme est plus proche des saints qu'à tout moment".

La télévision d'État a rapporté que l'Iran avait déployé des équipes pour filtrer les voyageurs quittant les grandes villes de 13 provinces, dont la capitale, Téhéran. Mais l'Iran compte 31 provinces et les autorités n'ont pas pris la mesure de verrouiller le pays comme dans les pays alliés de l'Irak et du Liban.

Les équipes vérifient la température des voyageurs et enverront ceux qui ont de la fièvre dans des centres de quarantaine. L'Iran a exhorté les gens à rester chez eux, mais beaucoup ont ignoré l'appel.

Apparemment, dans le but de freiner la propagation du virus, l'Iran a libéré 85 000 prisonniers en congé temporaire, a déclaré mardi le porte-parole du pouvoir judiciaire, Gholamhossein Esmaili. Il a dit que cela incluait la moitié de tous les prisonniers "liés à la sécurité", sans donner plus de détails. Les pays occidentaux ont appelé l'Iran à libérer les doubles ressortissants et d'autres détenus prétendument comme monnaie d'échange dans les négociations.

Parmi les personnes libérées se trouve Mohammad Hossein Karroubi, le fils du chef de l'opposition Mehdi Karroubi, qui était en prison depuis près de deux mois.

Le parlement iranien s'est également réuni par vidéoconférence.

L'Egypte, qui compte 166 cas confirmés du nouveau virus dont quatre morts, a annoncé mardi le verrouillage de la province de la mer Rouge qui comprend la célèbre station balnéaire d'Hurghada. Les autorités locales ont interdit aux travailleurs de tous les sites touristiques, hôtels, bazars et restaurants de quitter la province et ont imposé une quarantaine de 14 jours, selon un document du bureau du gouverneur de la mer Rouge obtenu par l'Associated Press. Les visiteurs de la province ont été interdits pendant les deux semaines suivantes.

Le royaume de Jordanie a déployé des troupes à l'extérieur des grandes villes pour bloquer les déplacements mardi. Il a également ordonné aux journaux de cesser de paraître, interdit les rassemblements de plus de 10 personnes et établi une zone de quarantaine dans les hôtels de la mer Morte. Il a également interrompu tous les travaux du secteur privé et les transports publics.

À Oman, le sultanat a annoncé que toute personne venant de l'étranger serait mise en quarantaine.

Pendant ce temps en Israël, le ministère de la Défense prévoit d'utiliser des installations hôtelières presque vides, ravagées par le crash du tourisme, comme centres de récupération pour les patients diagnostiqués avec COVID-19, la maladie causée par le virus. Israël a également appelé les citoyens à rester chez eux, fermant les parcs, les musées, les bibliothèques, les plages et autres lieux publics.

Seules de courtes promenades à l'extérieur avec des membres de la famille et des animaux domestiques sont autorisées.

——

Gambrell a rapporté de Dubaï, Emirats Arabes Unis. Les rédacteurs d'Associated Press Mehdi Fattahi à Téhéran, en Iran, Aron Heller à Jérusalem, Omar Akour à Amman, en Jordanie et Samy Magdy au Caire ont contribué à ce rapport.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus