La Nouvelle-Zélande adopte une loi historique pour dépénaliser l'avortement

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

WELLINGTON, NOUVELLE-ZÉLANDE –
Margaret Sparrow avait 21 ans quand elle a bu un breuvage pour provoquer un avortement, à une époque où la procédure était à la fois illégale et socialement inacceptable en Nouvelle-Zélande.

Aujourd'hui âgé de 84 ans, Sparrow était ravi mercredi lorsque les législateurs ont adopté un projet de loi historique qui traite la procédure comme un problème de santé plutôt que comme un crime.

"Cela a pris du temps", a déclaré Sparrow, un médecin qui a passé sa vie à défendre les droits génésiques des femmes.

Alors que les opinions sur les avortements sont généralement devenues beaucoup plus libérales en Nouvelle-Zélande depuis l'expérience de Sparrow, la loi, bien que mise à jour en 1977, n'avait pas pleinement reflété ce changement.

Jusqu'au vote de mercredi, la procédure était toujours réglementée par la loi sur les délits, obligeant les femmes à prouver à un médecin que leur grossesse présentait un danger pour leur santé physique ou mentale avant de pouvoir se faire avorter.

Le ministre de la Justice, Andrew Little, a déclaré que cette exigence a forcé la plupart des femmes à mentir au sujet de leur santé mentale et a causé des retards inutiles qui ont ajouté des risques pour la santé.

La nouvelle loi supprime ces obstacles, permettant aux femmes enceintes jusqu'à 20 semaines d'obtenir un avortement et à celles de plus de 20 semaines d'en obtenir un avec l'approbation d'un professionnel de la santé.

Les législateurs ont voté de 68 voix contre 51 en faveur du projet de loi.

Le législateur conservateur Simeon Brown, qui s'y est opposé, a déclaré qu'un enfant à naître avait un rythme cardiaque et ressentait de la douleur, et devrait être considéré comme une personne traitée avec dignité et respect.

Jackie Edmond, directrice générale de la planification familiale, la plus grande référence de femmes en Nouvelle-Zélande aux services d'avortement, a déclaré qu'elle était ravie du vote et que les femmes avaient enfin confiance pour prendre leurs propres décisions en matière de santé.

"C'est fantastique que le Parlement ait abordé quelque chose qu'il aurait dû régler il y a 40 ans", a déclaré Edmond.

Sparrow a déclaré que la loi est restée dans les livres pendant si longtemps parce que les gens ont trouvé un moyen de contourner le problème et les législateurs s'inquiétaient des conséquences politiques de l'ouverture d'un débat à ce sujet.

Cela a changé lorsque Jacinda Ardern a été élue première ministre en 2017 et a donné suite à une promesse électorale de soumettre la question au vote.

Sparrow a déclaré que ce n'était pas tant sa propre expérience d'avortement qui avait motivé son travail au fil des décennies, mais davantage reconnaissant qu'il y avait un besoin non satisfait pour les femmes.

Elle a commencé sa carrière en aidant les étudiants à accéder à la contraception et pendant plusieurs années, elle a aidé des personnes à se faire avorter en Australie avant l'ouverture de la première clinique néo-zélandaise. Elle a déclaré que la décision historique de la Cour suprême des États-Unis de 1973, Roe v.Wade, donnait aux gens l'espoir d'un changement en Nouvelle-Zélande.

Sparrow, qui a reçu l'un des meilleurs honneurs de la Nouvelle-Zélande pour son travail, a déclaré que la nouvelle loi est un pas en avant mais que son travail n'est pas encore terminé.

"Ce sera plus sûr pour les femmes et meilleur pour l'accès", a-t-elle déclaré. "La prochaine étape consiste à s'assurer de sa mise en œuvre."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus

No Content Available