Cas de l'Afrique supérieurs à 1 000; les présidents défient leurs propres interdictions de voyager

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

OUAGADOUGOU, BURKINA FASO –
Le nombre de cas de coronavirus en Afrique a dépassé 1 000 samedi, tandis que deux chefs d'État semblaient défier leurs propres restrictions de voyage pour assister à l'investiture d'un autre président.

L'Angola a annoncé ses premiers cas, ce qui signifie qu'au moins 40 des 54 pays africains sont désormais touchés. Le Congo a signalé son premier décès; Le Burkina Faso en a signalé deux nouveaux. La Somalie a déclaré qu'elle levait son interdiction des vols internationaux pour deux jours afin que les citoyens bloqués puissent rentrer chez eux. Et les autorités électorales éthiopiennes ont discuté de l'effet du virus sur une élection nationale majeure plus tard cette année.

L'Angola a fermé ses frontières aériennes, terrestres et maritimes cette semaine, mais les médias namibiens ont montré le président Joao Lourenco lors de l'inauguration du président namibien Hage Geingob. Le président Mokgweetsi Masisi du Botswana voisin, qui a suspendu cette semaine les voyages internationaux de tous les employés du gouvernement, était également présent.

Le président zimbabwéen Emmerson Mnangagwa était également présent. Il a annoncé une catastrophe nationale avant même que son pays ne confirme son premier cas de virus vendredi. Samedi, son pays a annoncé le premier cas dans la capitale, Harare.

Le Burkina Faso compte désormais le plus de décès par virus de tous les pays d'Afrique subsaharienne. La nation ouest-africaine a l'une des plus grandes charges de travail sur le continent avec 64.

Plusieurs ministres du gouvernement du Burkina Faso se sont révélés positifs, dont le ministre des Affaires étrangères. Vendredi, le président Roch Marc Christian Kabore a annoncé la fermeture des deux aéroports internationaux du pays pendant deux semaines, à l'exception de l'armée et du fret.

Le Burkina Faso est l'un des États les plus fragiles d'Afrique avec une crise humanitaire croissante causée par des attaques liées aux extrémistes islamiques. Plus de 130 centres de santé ont fermé leurs portes, affectant plus de 1,5 million de personnes, selon le gouvernement et des groupes humanitaires.

Selon un plan de réponse du gouvernement vu par l'Associated Press, les équipes d'urgence ne sont pas formées pour une épidémie de maladie respiratoire et n'ont pas d'équipement de protection approprié.

Le contrôle aux frontières est également insuffisant. Aucun des 44 points d'entrée à haut débit du Burkina Faso ne possède l'équipement de protection individuelle nécessaire, et seulement 23% ont des dispositifs de dépistage des coronavirus.

Jerry-Jonas Mbasha, coordinateur de cluster pour l'Organisation mondiale de la santé au Burkina Faso, a déclaré qu'il était "très inquiet de ce qui pourrait arriver dans la semaine prochaine, dans deux semaines".

La plupart des gens ne présentent que des symptômes pseudo-grippaux mineurs du coronavirus et se rétablissent en quelques semaines, mais le virus est très contagieux et peut être propagé par ceux qui semblent bien. Il peut provoquer des maladies graves, notamment une pneumonie, chez certains patients, en particulier ceux qui ont des problèmes de santé sous-jacents.

Plus de 275 000 cas ont été confirmés dans le monde, dont plus de 11 000 décès, selon un décompte courant de l'Université Johns Hopkins. Au moins 88 000 personnes se sont rétablies.

Au Nigéria, qui a annoncé il y a trois semaines à peine le premier cas de coronavirus en Afrique subsaharienne, les autorités ont déclaré que le premier patient, un homme qui venait d'Italie, était maintenant apte à rentrer chez lui. Pendant ce temps, le pays le plus peuplé d'Afrique a déclaré qu'il avait maintenant des cas dans la capitale, Abuja.

Au Kenya, les responsables de la santé ont continué de désinfecter les marchés surpeuplés de la capitale, Nairobi, en essayant de stopper la propagation du virus.

"C'est pour notre bien, c'est pour le bien du pays", a déclaré Simon Kimani, président du conseil de santé publique.

——

Anna a rapporté de Johannesburg. Farai Mutsaka à Harare, Zimbabwe; Abdi Guled à Mogadiscio, Somalie; et Idi Ali Juma à Nairobi, Kenya ont contribué.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus