L'armée iranienne ouvre un hôpital dans la capitale infectée par le virus

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

TÉHÉRAN, IRAN —
L'armée iranienne a installé un hôpital de 2000 lits dans un centre d'exposition de la capitale pour consolider le système de santé local alors qu'il lutte contre la pire épidémie de coronavirus au Moyen-Orient, a rapporté la télévision d'État.

Il a déclaré que la nouvelle installation, qui comprend trois unités et plusieurs salles d'isolement, a été mise en place en seulement 48 heures. Il sera utilisé pour les patients qui se rétablissent de la maladie COVID-19 causée par le virus.

La télévision d'Etat a cité jeudi le général Ali Jahanshahi, coordinateur adjoint de l'armée, selon lequel l'hôpital avait été remis au personnel médical et commencerait à recevoir des patients la semaine prochaine.

La plupart des personnes infectées par le virus ne présentent que des symptômes bénins, tels que de la fièvre et de la toux, et se rétablissent en quelques semaines. Mais le virus peut provoquer des maladies graves et la mort, en particulier chez les patients âgés ou ceux qui ont des problèmes de santé sous-jacents. Il est très contagieux et peut se propager par des personnes par ailleurs en bonne santé ne présentant aucun symptôme visible.

L'Iran est aux prises avec la pire épidémie de la région, avec plus de 2 200 décès parmi près de 30 000 cas confirmés. Les autorités ont exhorté les gens à rester chez eux, mais n'ont pas imposé les vastes restrictions de sécurité observées ailleurs dans la région.

Les responsables iraniens ont maintes fois insisté sur le fait que l'épidémie était sous contrôle malgré les craintes qu'elle pourrait submerger les établissements de santé du pays.

L'Iran fait l'objet de sanctions américaines sévères depuis que le président Donald Trump a retiré son pays de l'accord nucléaire iranien de 2015 avec les puissances mondiales. Les États-Unis ont offert une aide humanitaire à l'Iran, mais les autorités ont refusé.

Plus tôt cette semaine, le chef suprême de l'Iran, l'ayatollah Ali Khamenei, a refusé l'aide américaine et s'est appuyé sur une théorie du complot selon laquelle les États-Unis ont créé le virus, ce pour quoi il n'y a aucune preuve scientifique.

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus

No Content Available