Émeute de prisonniers en Iran au milieu de la pire épidémie de virus de la région

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

TÉHÉRAN, IRAN —
Des prisonniers du sud de l'Iran ont cassé des caméras et causé d'autres dommages lors d'une émeute, ont rapporté lundi les médias officiels, le dernier d'une série de troubles violents dans les prisons du pays, qui lutte contre l'épidémie de coronavirus la plus grave du Moyen-Orient.

L'Iran a temporairement libéré environ 100 000 prisonniers dans le cadre des mesures prises pour contenir la pandémie, laissant environ 50 000 personnes derrière les barreaux, y compris des délinquants violents et des soi-disant «affaires de sécurité», souvent des doubles nationaux et d'autres avec des liens occidentaux.

Les familles des détenus et des pays occidentaux disent que l'Iran détient ces prisonniers pour des raisons politiques ou pour les utiliser comme monnaie d'échange dans les négociations.

L'agence de presse officielle IRNA a cité le gouverneur Enayatollah Rahimi, de la province du sud du Fars, selon lequel une émeute a éclaté à la prison d'Adel Abad, la principale prison de la ville de Shiraz. Rahimi a déclaré que des prisonniers avaient cassé des caméras et causé d'autres dégâts dans deux sections abritant des criminels violents. Personne n'a été blessé et personne ne s'est échappé.

L'IRNA a rapporté vendredi que 70 détenus s'étaient évadés de la prison de Saqqez dans la province iranienne du Kurdistan occidental. Des prisonniers ont battu des gardiens pendant le chaos, a déclaré un procureur local. Plus tard, plusieurs détenus sont retournés d'eux-mêmes à la prison.

Depuis le début de l'année, des émeutes ont également éclaté dans les prisons d'Aligudarz, de Hamedan et de Tabriz, certains prisonniers s'étant évadés, a rapporté l'IRNA.

L'Iran a signalé plus de 40 000 infections et 2 757 décès dus au COVID-19, la maladie causée par le coronavirus, dont 117 décès au cours des dernières 24 heures. Le ministère de la Santé affirme que plus de 3 500 personnes sont dans un état critique, tandis qu'environ 14 000 se sont rétablies.

Le virus provoque des symptômes bénins, notamment de la fièvre et de la toux, chez la plupart des patients, qui se rétablissent en quelques semaines. Mais il est très contagieux et peut être transmis par des personnes ne présentant aucun symptôme. Il peut également provoquer des maladies graves et la mort, en particulier chez les patients âgés ou ceux qui ont des problèmes de santé sous-jacents.

Le virus a infecté plus de 720 000 personnes dans le monde, causant plus de 34 000 décès, selon les données recueillies par l'Université Johns Hopkins. Plus de 150 000 ont récupéré.

Ailleurs dans la région, lundi, la Jordanie a commencé à libérer des milliers de voyageurs qui ont été mis en quarantaine au cours des deux dernières semaines dans des hôtels cinq étoiles de la mer Morte afin d'empêcher la propagation du virus.

Plus de 4 200 Jordaniens et 1 500 étrangers ont été détenus dans les hôtels. Les Jordaniens seront renvoyés chez eux via Uber, le service de transport en commun populaire, et sont priés de rester chez eux pendant 14 jours supplémentaires.

Les voyageurs d'autres nationalités seront libérés mardi. On ne savait pas immédiatement où ils iraient, mais les autorités ont déclaré qu'ils seraient en contact avec leurs ambassades et le ministère des Affaires étrangères.

La Jordanie a signalé 259 infections et trois décès dus au virus. Au moins 18 personnes se sont rétablies.

La Jordanie a interrompu tous ses vols et fermé ses frontières le 16 mars. Elle a par la suite imposé un couvre-feu 24h / 24 pendant trois jours, avant de donner aux gens un temps limité pour acheter des produits de base à pied.

En Égypte, le gouvernement a prolongé la fermeture des célèbres musées et sites archéologiques du pays, y compris les pyramides et le sphinx de Gizeh, jusqu'au 15 avril au moins. Les autorités prévoient toujours d'allumer les pyramides lundi soir pour exprimer leur soutien à la santé les travailleurs aux prises avec le virus.

L'Égypte a signalé plus de 600 infections et 40 décès dus au virus.

——

Akour a rapporté d'Amman, en Jordanie. Les rédacteurs d'Associated Press Samy Magdy au Caire, Jon Gambrell à Dubaï, aux Émirats arabes unis et Joseph Krauss à Jérusalem ont contribué à ce rapport.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus