in

Chasse à l’homme en Inde après qu’un rassemblement religieux soit devenu un point de contamination du Covid-19

NEW DELHI, INDE –Un grand rassemblement religieux à New Delhi a déclenché une chasse à l’homme à travers l’Inde pour des cas suspects de coronavirus après avoir été lié à des dizaines d’infections et à plusieurs décès.

Le rassemblement a émergé comme l’un des principaux points chauds du virus en Inde après que des milliers de personnes se soient rassemblées dans un centre religieux islamique du quartier Nizamuddin West à Delhi.

Certains sont rentrés chez eux dans d’autres États après le rassemblement, mais beaucoup sont restés dans les environs, disant qu’ils étaient coincés parce que les transports publics avaient été fermés en raison du virus.

Tard lundi et mardi, le dédale de ruelles près du centre religieux – près de plusieurs sanctuaires soufis proéminents – a été scotché par des fonctionnaires en costume de matières dangereuses.

Plus de 1 000 personnes ont été emmenées dans des bus de la région par la police, dont 335 ont été hospitalisées et le reste a été mis en quarantaine, a déclaré mardi à la presse le ministre de la Santé de Delhi, Satyendar Jain.

Au moins 10 participants – dont six dans le sud de l’État de Telangana et trois à Delhi – sont décédés des suites de COVID-19 ces derniers jours, ont indiqué les autorités.

Le Press Trust of India a déclaré qu’environ 8 000 personnes ont participé à l’événement, les responsables de Telangana affirmant qu’au moins 1 000 personnes venaient de cet État.

«GRAVE CRIME»

Des infections dans d’autres États et territoires ont également été liées au rassemblement.

Les responsables de Delhi ont estimé que près de 300 étrangers ont assisté à la réunion, a fait savoir le Press Trust of India.

On ne savait pas immédiatement où ils se trouvaient.

« Un crime grave a été commis », a déclaré Jain à propos de l’événement, qui a eu lieu alors que le gouvernement de Delhi commençait à introduire des restrictions sur les grands rassemblements le 13 mars.

Le centre, le siège mondial du mouvement missionnaire Tablighi Jamaat, a insisté sur le fait qu’il avait respecté les réglementations.

Il a déclaré que les participants étaient bloqués après la fermeture des transports publics avant un couvre-feu national imposé à partir du 25 mars.

« Nous prenions toujours cette question au sérieux, nous avions été en contact avec les autorités pour organiser le transport des participants », a déclaré mardi à la presse Musharraf Ali, membre du mouvement.

Il n’était pas encore clair si l’épidémie indienne est liée à un autre événement Tablighi Jamaat qui s’est tenu en Malaisie du 27 février au 1er mars.

Environ la moitié des 2 626 infections de la Malaisie ont été directement liées à cet événement, auquel ont assisté 16 000 personnes – dont 1 500 étrangers.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

Pierre Bénichou, pilier de l’Obs et chroniqueur truculent

Macron visite une usine de masques près d’Angers