Un tribunal pakistanais annule la condamnation à mort de Daniel Pearl

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

KARACHI, AU PAKISTAN —
Un tribunal pakistanais a annulé jeudi la condamnation pour meurtre d'un Pakistanais britannique reconnu coupable de l'enlèvement et du meurtre en 2002 du journaliste du Wall Street Journal, Daniel Pearl.

Au lieu de cela, le tribunal a déclaré Ahmed Omar Saeed Sheikh coupable de la moindre accusation d'enlèvement et l'a condamné à sept ans de prison.

Pearl a disparu le 23 janvier 2002 à Karachi alors qu'il recherchait les liens entre les militants pakistanais et Richard C. Reid, qui est devenu connu sous le nom de "bombardier à chaussures" après avoir été arrêté sur un vol de Paris à Miami avec des explosifs dans ses chaussures. Les procureurs ont déclaré que Saeed avait attiré Pearl dans un piège en promettant d'organiser un entretien avec un religieux islamique qui, selon la police, n'était pas impliqué dans le complot.

L'un des avocats de Saeed, Khwaja Naveed, a déclaré que Saeed pourrait être libéré à moins que le gouvernement ne décide de contester la décision du tribunal. Faiz Shah, procureur général de la province du sud du Sindh, a déclaré que le gouvernement ferait appel à la Cour suprême du Pakistan.

Saeed a déjà passé 18 ans en prison dans le sud d'Hyderabad dans le couloir de la mort. La peine de sept ans devait être comptée comme du temps purgé, a déclaré Naveed.

La Haute Cour du Sindh a également acquitté trois autres accusés dans cette affaire: Fahad Naseem, Sheikh Adil et Salman Saqib, qui avaient auparavant été condamnés à perpétuité. Les accusés ont également été condamnés à une amende collective de 32 000 $.

"La justice a été rendue pour mes clients", a déclaré Naveed.

Saeed, ancien élève de la London School of Economics, et les autres ont été condamnés en 2002.

Une cassette vidéo reçue par des diplomates américains en février 2002 a confirmé la mort de Pearl, 38 ans. Il avait été décapité.

Dans des témoignages et des courriels publiés lors du procès, Saeed a déclaré qu'il avait développé une relation personnelle avec Pearl, tous deux partageant leurs préoccupations concernant leurs épouses, qui étaient toutes deux enceintes à l'époque. Marianne Pearl a donné naissance à leur fils Adam en mai 2002.

Le Pearl Project, une équipe de journalisme d'investigation de l'Université Georgetown de Washington, a mené une enquête de trois ans sur l'enlèvement et la mort de Pearl. Ils ont conclu que le journaliste avait été décapité par Khalid Sheikh Mohammad, qui a été arrêté au Pakistan en 2003 et décrit plus tard comme l'architecte des attentats terroristes du 11 septembre aux États-Unis. Mohammad est prisonnier à la base navale américaine de Guantanamo Bay, à Cuba.

Peu de temps après la disparition de Pearl, les médias pakistanais et américains ont reçu des courriels du Mouvement national pour la restauration de la souveraineté pakistanaise jusque-là inconnu. Le groupe a exigé un meilleur traitement pour les prisonniers talibans et al-Qaida à Guantanamo.

Les agents du FBI ont retracé les courriels à Saeed, qui a reconnu son rôle dans l'enlèvement lors de sa première comparution devant le tribunal, mais s'est rétracté plus tard.

"Bien ou mal, j'avais mes raisons", a déclaré Saeed au tribunal à l'époque. "Je pense que notre pays ne devrait pas répondre aux besoins de l'Amérique." La déclaration a été jugée irrecevable parce qu'elle n'a pas été faite sous serment.

Saeed a été arrêté en 1994 par les autorités indiennes, accusées d'avoir kidnappé trois Britanniques et un Américain, qui ont tous été libérés sains et saufs, au Cachemire sous domination indienne, la seule région à prédominance musulmane de l'Inde hindoue. Le Cachemire est un territoire contesté entre le Pakistan et l'Inde.

Depuis 1989, une insurrection au Cachemire sous contrôle indien exige soit une indépendance totale pour un Cachemire uni, soit une union avec le Pakistan islamique.

En 1999, l'Inde a libéré Saeed et deux autres militants en échange de la libération de 155 passagers et membres d'équipage à bord d'un avion d'Indian Airlines détourné vers Kandahar, en Afghanistan.

L'enlèvement de Pearl a été la première des cinq attaques contre des Occidentaux au Pakistan en 2002. Une attaque à la grenade contre une église protestante à Islamabad le 17 mars a tué cinq personnes, dont deux Américains et l'attaquant, ont été tués.

———-

Gannon a rapporté d'Islamabad. L'auteur de l'Associated Press Munir Ahmed à Islamabad a contribué à l'histoire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus