in

Google publiera des données de localisation des utilisateurs pour aider les gouvernements à lutter contre le COVID-19

PARIS, FRANCE –Google publiera vendredi les données de localisation de ses utilisateurs dans le monde entier pour permettre aux gouvernements d’évaluer l’efficacité des mesures de distanciation sociale mises en place pour lutter contre la pandémie de COVID-19, a déclaré le géant de la technologie.

Les rapports sur les mouvements des utilisateurs dans 131 pays seront disponibles sur un site Web spécial et « traceront les tendances des mouvements au fil du temps par géographie », selon un article publié sur l’un des blogs de l’entreprise.

Les tendances afficheront « une augmentation ou une diminution du point de pourcentage des visites » dans des endroits comme les parcs, les magasins, les maisons et les lieux de travail, et non « le nombre absolu de visites », a déclaré le message, signé par Jen Fitzpatrick, qui dirige Google Maps, et la chef de la santé de l’entreprise, Karen DeSalvo.

« Nous espérons que ces rapports aideront à soutenir les décisions sur la façon de gérer la pandémie de COVID-19 », ont-ils déclaré.

« Ces informations pourraient aider les responsables à comprendre les changements dans les déplacements essentiels qui peuvent façonner les recommandations sur les heures d’ouverture ou informer les offres de services de livraison. »

Comme la détection des embouteillages ou la mesure du trafic sur Google Maps, les nouveaux rapports utiliseront des données « agrégées et anonymisées » des utilisateurs qui ont activé leur historique de localisation.

Aucune « information personnellement identifiable », telle que l’emplacement, les contacts ou les mouvements d’une personne, ne sera mise à disposition, a indiqué la poste.

Les rapports utiliseront également une technique statistique qui ajoute du «bruit artificiel» aux données brutes, ce qui rend plus difficile l’identification des utilisateurs.

De la Chine à Singapour en passant par Israël, les gouvernements ont ordonné une surveillance électronique des mouvements de leurs citoyens afin de limiter la propagation du virus, qui a infecté plus d’un million de personnes et tué plus de 50 000 personnes dans le monde.

En Europe et aux États-Unis, les entreprises technologiques ont commencé à partager des données de smartphones «anonymisées» pour mieux suivre l’épidémie.

Même l’Allemagne, qui aime la vie privée, envisage d’utiliser une application pour smartphone pour aider à gérer la propagation de la maladie.

Mais les militants disent que les régimes autoritaires utilisent le coronavirus comme prétexte pour supprimer la parole indépendante et accroître la surveillance.

Et dans les démocraties libérales, d’autres craignent que la collecte de données à grande échelle et l’intrusion puissent porter un préjudice durable à la vie privée et aux droits numériques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

l’évaluation du bac se fera en contrôle continu

Un courtier canadien perd son appel en matière de congé de paternité au Japon