COVID-19 aggrave les inégalités pour les femmes, prévient le chef de l'ONU

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

TANZANIE, TANZANIE –
Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a averti jeudi que la pandémie de coronavirus aggrave les inégalités déjà existantes et "a des conséquences sociales et économiques dévastatrices pour les femmes et les filles" qui pourraient inverser les progrès limités vers l'égalité des sexes au cours des 25 dernières années.

Le chef de l'ONU a déclaré dans un message vidéo et un document politique que "dans tous les domaines, de la santé à l'économie, de la sécurité à la protection sociale, les impacts du COVID-19 sont exacerbés pour les femmes et les filles simplement en raison de leur sexe".

Alors que les premières données indiquent que les taux de mortalité par COVID-19 pourraient être plus élevés pour les hommes, Gutterres a déclaré que "près de 60% des femmes dans le monde travaillent dans l'économie informelle, gagnant moins, épargnant moins et risquant davantage de tomber dans la pauvreté. . "

Il a dit que des millions d'emplois féminins ont été perdus en même temps que leur travail non rémunéré a "augmenté de façon exponentielle" en raison des fermetures d'écoles et des enfants à la maison, et des besoins accrus des personnes âgées.

"Ces courants se combinent comme jamais auparavant pour vaincre les droits des femmes et leur refuser des opportunités", a déclaré António Guterres.

Le secrétaire général a déclaré que l'année 2020 marquait le 25e anniversaire de la conférence des Nations Unies à Pékin, qui a adopté une feuille de route de 150 pages pour parvenir à l'égalité des sexes et était censée être "révolutionnaire" dans la promotion des progrès vers cet objectif.

"Au lieu de cela, avec la propagation de la pandémie de COVID-19, même les gains limités réalisés au cours des dernières décennies risquent d'être annulés", a-t-il déclaré.

Guterres a averti que "les progrès perdus mettent des années à retrouver", citant comme exemple des adolescentes qui ne sont pas scolarisées et qui ne reviendront peut-être jamais.

Le chef de l'ONU a exhorté les gouvernements "à placer les femmes et les filles au centre de leurs efforts pour se remettre de COVID-19".

Il a appelé à ce que les femmes soient placées à des postes de direction, avec une représentation égale et un pouvoir de décision.

Guterres a également appelé à ce que les filets de sécurité sociale élargis soient reconnus et valorisés, et que des mesures visant à stimuler l'économie – des transferts en espèces aux crédits et prêts – soient destinées aux femmes.

Le secrétaire général a averti qu'à mesure que la pandémie de COVID-19 s'intensifie, "le stress économique et social couplé à des mouvements restreints et des mesures d'isolement social, la violence sexiste augmente de façon exponentielle".

Il a déclaré que près d'une femme sur cinq dans le monde a été victime de violence au cours de l'année écoulée et que beaucoup de ces femmes sont maintenant prises au piège à la maison avec leurs agresseurs, "luttant pour accéder à des services qui souffrent de coupures et de restrictions".

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus

No Content Available