Frozen North est parti pour toujours: une étude de l'océan Arctique montre que le sommet du monde change

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Le sommet du monde se renverse, selon la première évaluation globale de l'océan Arctique canadien.

Le travail de dizaines de scientifiques fédéraux et d'observateurs inuits décrit un vaste écosystème aux flux sans précédent: des courants océaniques aux habitudes et aux types d'animaux qui y nagent.

L'océan Arctique, où le changement climatique a mordu le plus profondément, peut changer plus rapidement que tout autre plan d'eau sur Terre, a déclaré le scientifique principal Andrea Niemi du ministère des Pêches et des Océans.

"Alors que l'Arctique change, le reste de l'écosystème va suivre ces changements", a-t-elle déclaré. "Il n'y aura pas de retard."

Les changements arrivent si vite que les scientifiques n'ont même pas eu la chance de comprendre ce qui s'y trouve.

Soixante pour cent des espèces du bassin du Canada – comme les vers trouvés vivant dans les volcans de boue sous-marins et vivant du méthane expulsé – restent à découvrir, selon le rapport

"Qui sait quoi d'autre là-bas?" Demanda Niemi. "Tant dans l'Arctique, nous en sommes encore à la première étape."

La première évaluation des espèces de poissons dans la mer de Beaufort n'a été réalisée qu'en 2014, a-t-elle déclaré.

Pourtant, les changements sont difficiles à manquer, jusqu'à la composition de l'eau.

Il est 33% moins salé qu'en 2003 et environ 30% plus acide – assez pour dissoudre les coquilles de certains petits mollusques. Le Gyre de Beaufort, un vaste courant circulaire qui a alterné de direction toutes les décennies, n'a pas changé depuis 19 ans.

L'eau riche en nutriments de l'océan Pacifique ne se mélange pas comme avant, ce qui affecte les proliférations de plancton qui ancrent le réseau alimentaire arctique. La glace de mer se rétrécit et s'amincit au point que les communautés inuites ne peuvent se rendre sur des terrains de chasse autrefois fiables.

Les rivages bougent. L'érosion a plus que doublé au cours des dernières décennies.

Le mélange des espèces change.

Les épaulards deviennent si fréquents qu'ils modifient le comportement d'autres espèces comme le narval et le béluga dont dépendent les Inuits. Le saumon du Pacifique, le capelan et le phoque du Groenland remontent du sud.

"Dans certains cas, les communautés éteignent leurs filets et ne font que capturer du saumon", a expliqué Niemi.

L'effet du saumon sur d'autres espèces est inconnu.

Les espèces de poissons côtières se trouvent beaucoup plus loin au large. Les phoques annelés ne peuvent pas finir de muer avant que la glace ne se brise et que les températures élevées de l'océan qui les accompagnent semblent les rendre lents et plus enclins à la prédation par les ours polaires.

Les humains font aussi sentir leur présence. L'augmentation de la navigation dans l'Arctique rend l'océan plus bruyant et masque les sons que les animaux, des phoques aux baleines, utilisent pour communiquer.

Les conclusions du rapport sont paralysées par le manque de données à long terme dans tout le Nord. Niemi a dit qu'il est difficile de mesurer les changements quand on ne sait pas ce qu'il y avait en premier lieu.

Même lorsque les changements peuvent être mesurés, il est difficile de savoir ce qui les provoque. Les communautés inuites veulent savoir ce qui se passe chez elles, a-t-elle déclaré.

"Ils sont intéressés par une vision holistique de ce qui se passe. Mais nous sommes parfois menottés pour fournir les mécanismes derrière les changements."

Une chose est sûre: la vieille idée du Nord gelé, avec ses neiges éternelles et ses rythmes immuables, a disparu pour toujours.

"Les gens le voient comme une terre gelée lointaine", a déclaré Niemi. "Mais il se passe beaucoup de choses."

Ce rapport de La Presse canadienne a été publié pour la première fois le 26 avril 2020.

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus