L'ONU avertit qu'une «tragédie fait signe» en Syrie d'un virus

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

TANZANIE, TANZANIE –
Le chef de l'ONU a déclaré mercredi que plus de 40 cas de COVID-19 et au moins trois décès ont été signalés en Syrie, signalant qu'une "tragédie fait signe" après neuf années de guerre qui ont décimé le système de santé du pays.

Mark Lowcock a déclaré au Conseil de sécurité des Nations Unies que si le nombre peut sembler faible par rapport à d'autres pays, les tests en Syrie sont très limités. L'envoyé spécial des Nations Unies pour la Syrie, quant à lui, a appelé à un cessez-le-feu durable pour les combats dans le pays.

Avec des millions de personnes déplacées dans des conditions de surpeuplement et sans assainissement adéquat, il a déclaré que la Syrie ne pouvait pas s'attendre à "faire face à une crise qui défie même les nations les plus riches".

Des efforts sont faits pour mettre en place des zones d'isolement dans les camps de déplacés et les établissements de santé en Syrie, mais les mesures visant à contenir le virus ont déjà des effets secondaires tels que la flambée des prix des denrées alimentaires dans certaines régions, a-t-il déclaré.

Lowcock a déclaré que les fournitures et équipements médicaux essentiels doivent être autorisés dans le pays, et que le poste frontière d'Al Yarubiyah entre l'Irak et le nord-est de la Syrie doit être rouvert.

Le poste frontière a été fermé en janvier sur l'insistance de la Russie, et Lowcock a déclaré que les livraisons de fournitures médicales au nord-est de Damas n'ont pas comblé le vide.

Les Kurdes syriens ont établi une zone autonome dans le nord-est en 2012 et étaient des partenaires américains sur le terrain dans la lutte contre le groupe extrémiste de l'État islamique. Une offensive turque en octobre contre des militants kurdes syriens a conduit les États-Unis à abandonner leurs alliés kurdes, ce qui a provoqué de vives critiques à la fois contre Washington et Ankara.

Le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, a appelé à un cessez-le-feu pour tous les conflits dans le monde le 23 mars afin de lutter contre la pandémie de coronavirus, et lors de réunions distinctes du Conseil de sécurité mercredi sur la situation politique et humanitaire de la Syrie, son appel a été largement soutenu.

Geir Pedersen, l'envoyé spécial des Nations Unies pour la Syrie, s'est félicité du fait qu'il y ait eu "un calme important dans de nombreuses régions de la Syrie", sans offensive totale depuis début mars.

Il a déclaré que les accords russo-turcs se sont implantés dans le nord-ouest, le dernier bastion de l'opposition, et que les accords de cessez-le-feu entre la Russie, la Turquie et les Etats-Unis dans le nord-est "continuent également à se maintenir".

Il a dit que le calme était "difficile et fragile" et qu'il y avait un risque constant d'escalade.

Il a appelé à un cessez-le-feu "qui se traduit par un calme soutenu et une portée nationale – une qui ne voit pas de nouveaux assauts à travers les lignes de contact, et permet aux Syriens d'accéder à l'équipement et aux ressources nécessaires pour combattre le COVID-19".

Mais la Russie et les États-Unis n'étaient pas d'accord sur qui devrait être à la tête de la poursuite d'un cessez-le-feu et de la fin du conflit syrien.

L'ambassadeur russe auprès des Nations Unies, Vassily Nebenzia, a déclaré au conseil que les ministres des affaires étrangères de la Russie, de l'Iran et de la Turquie – les États garants du soi-disant "processus d'Astana" visant à mettre fin au conflit syrien – ont tenu une vidéoconférence le 22 avril et "ont souligné le rôle moteur d'Astana dans la promotion d'un règlement syrien. "

Il a déclaré que cela comprend la stabilisation de la situation dans le pays, le traitement des réfugiés, la résolution des problèmes humanitaires et la promotion d'un dialogue entre les Syriens au sein du comité chargé de rédiger une nouvelle constitution.

La Nébenzie a déclaré que les ministres de la Russie et de l'Iran, qui soutiennent le président syrien Bashar Assad, et la Turquie, qui soutient l'opposition, se prépareraient au prochain sommet d'Astana.

L'ambassadeur adjoint américain par intérim, Cherith Norman Chalet, a déclaré que l'ONU "devait être au centre de tout effort pour établir un cessez-le-feu national complet, durable et vérifiable".

L'ambassadeur de France aux États-Unis, Nicolas de Rivière, a également souligné que l'ONU devait être "à l'avant-garde" des efforts de cessez-le-feu.

Il a appelé à un processus politique plus large que le seul comité constitutionnel et a déclaré au Conseil que "la France est profondément préoccupée par l'instabilité croissante partout en Syrie".

La Nabenzie russe a coché les groupes "terroristes" opérant dans le nord-ouest de la Syrie et a souligné que "la pandémie ne peut pas être utilisée comme prétexte pour blanchir des terroristes".

"Les appels à Damas pour intensifier ses efforts pour lutter contre la pandémie sont sans importance pour 30% des territoires qui sont sous le contrôle effectif des troupes étrangères ou de l'opposition ou des terroristes", a déclaré Nebenzia. "Ceux qui contrôlent ces territoires devraient en être responsables."

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus