Les incendies de tours cellulaires se propagent à travers le Québec: quatrième en quatre jours

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

MONTRÉAL –
Une autre tour cellulaire au Québec – la quatrième en seulement quatre jours – s'est enflammée au nord de Montréal tôt mardi matin.

Une vingtaine de pompiers de Laval ont été envoyés pour éteindre un incendie dans une tour cellulaire de la rue Lindbergh à 4 h 01. Le service d'incendie a déclaré qu'il était relativement facile à éteindre et estime à 250 000 $ les dommages.

«L'incendie était situé entre l'antenne de communication et une remorque adjacente», a expliqué le chef des pompiers de Laval, Vincent Mercier. "Il y a une courtepointe de fil reliant l'antenne au bâtiment, et c'est ce qui a été incendié."

C'est la deuxième fois depuis vendredi que les pompiers de Laval répondent à un appel concernant les tours cellulaires.

"Nous ne nous autoriserons pas à faire des suppositions ou des suggestions, mais c'est certainement suspect", a déclaré Mercier.

Lundi, des pompiers des Laurentides ont répondu à des appels à 20 minutes d'intervalle au sujet de tours cellulaires en flammes dans les villes de Piémont et Prévost. La police provinciale du Québec a décrit l'incendie du Piémont comme important et celui de Prévost comme mineur.

«Bien que nous soyons reconnaissants que personne n'ait été blessé, il est très préoccupant de constater que l'infrastructure essentielle nécessaire pour garder les Canadiens connectés, y compris aux services d'urgence et au 911, semble avoir été délibérément à nouveau ciblée, mettant des vies en danger. Notre réseau est une bouée de sauvetage vitale qui relie chacun d'entre nous, en particulier pendant cette urgence de santé publique. Notre équipe a pu optimiser l'équipement de la tour dans la région pour garantir que nos clients restent connectés », a déclaré un porte-parole de Rogers dans un communiqué.

Vendredi, le premier cas de Laval était survenu dans une tour cellulaire située derrière la Plaza Laval Élysée dans le quartier Chomedey. Au début, la tour a été identifiée à tort comme prenant en charge la technologie 5G. Rogers Communications – qui possède les deux tours Laval – a confirmé plus tard qu'elle n'était utilisée que pour les réseaux 3G et 4G.

Les tours 5G ont été une cible dans de nombreux endroits du monde ces derniers temps, car les théories du complot affirment que la technologie peut avoir un impact négatif sur la santé – certaines allant même jusqu'à suggérer des liens entre la technologie et le virus COVID-19.

Les tours qui sont ciblées ne sont généralement que des tours 3G et 4G, selon les entreprises de télécommunications. La tour incendiée à Laval mardi est en effet une tour cellulaire Rogers 3G / 4G, a confirmé la compagnie.

Interrogée sur la récente série d'incendies de pylônes au Québec et dans le monde, Chrystia Freeland, vice-première ministre du Canada, a déclaré que le gouvernement travaillait dur pour repousser les fausses informations.

«La désinformation est particulièrement dangereuse à un moment comme celui-ci», a-t-elle déclaré, faisant référence à la pandémie de COVID-19. «C'est une période d'anxiété accrue et de changements énormes. Et donc, la désinformation peut avoir un effet particulièrement pernicieux. »

Ministre fédéral de l'Innovation, des Sciences et du Développement économique Navdeep Bains ajouté dans un tweet: «Très troublé par les rapports de vandalisme sur les tours de téléphonie cellulaire canadiennes. Comme beaucoup d'entre nous restent à la maison, nous comptons sur les services sans fil et Internet pour nous connecter à notre travail, à l'école et à nos proches. Ces actes criminels sont totalement inacceptables et menacer les services d'urgence. "

Les théories ont acquis une telle popularité que l'Organisation mondiale de la santé a déclaré en février qu'après de nombreuses recherches, il n'y avait aucune corrélation entre les réseaux cellulaires et les problèmes de santé.

Au Québec, les quatre cas ont été confiés à des enquêteurs chargés de crimes majeurs.

"Nous analysons les cas de Laval, il y a des expertises qui ont été réalisées sur toutes les scènes", a expliqué le porte-parole de la Sûreté du Québec Marc Tessier.

Lundi, la GRC a déclaré qu’elle était prête à aider la police provinciale s’il en était ainsi.

"La GRC continue de travailler avec la police, le gouvernement et des partenaires de l'industrie pour protéger l'infrastructure essentielle du Canada", a déclaré Catherine Fortin de la GRC dans un communiqué envoyé par courriel à CTV News. «Les enquêteurs évaluent constamment les menaces et les risques et mettent en œuvre les mesures nécessaires pour protéger la sécurité du public.»

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus

No Content Available