60 ans après, le procureur israélien rappelle le procès Eichmann

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

JÉRUSALEM –
Quelques jours après l'annonce spectaculaire par Israël que le criminel de guerre nazi Adolf Eichmann avait été capturé et amené en Israël pour être jugé, Gabriel Bach s'est vu confier une mission qui a changé sa vie pour toujours.

Bach était le procureur adjoint d'Israël quand, il y a 60 ans ce mois-ci, le monde a appris qu'un architecte clé de la "solution finale" d'Adolf Hitler pour exterminer les Juifs d'Europe avait été saisi par des agents secrets israéliens.

Eichmann a été arraché le 11 mai par une équipe du Mossad en Argentine, où il vivait sous un faux nom. Le Premier ministre David Ben Gourion a annoncé sa capture le 23 mai.

Quelques jours plus tard, Bach, né en Allemagne, a reçu un appel du ministre israélien de la Justice, Pinchas Rosen, que Bach, maintenant âgé de 93 ans, a raconté dans une interview à l'AFP à son domicile de Jérusalem.

"Il a dit: 'M. Bach, j'imagine que vous serez l'un des procureurs dans l'affaire, mais j'ai une demande à faire. J'aimerais que vous soyez en charge de toute l'enquête contre Eichmann'", a raconté Bach. .

Lors du procès, qui s'est ouvert en avril 1961, le procureur général Gideon Hausner était procureur principal, Bach étant son adjoint.

Mais c'est Bach qui a mené l'enquête préliminaire d'un mois, transféré de Jérusalem au nord d'Israël, où une prison entière avait été nettoyée pour la détention d'Eichmann.

À la prison, rebaptisée Camp Iyar, Bach a coordonné une équipe d'une quarantaine de policiers qui ont interrogé et rassemblé des preuves contre Eichmann.

Bach a déclaré qu'il restait hanté par l'homme si attaché à sa cause génocidaire qu'il aurait châtié ses camarades nazis qui auraient hésité en forçant des enfants juifs à entrer dans des chambres à gaz.

"Il ne se passe pas un jour sans que je me souvienne d'un élément particulier, d'un élément de preuve particulier ou d'un moment particulier du procès Eichmann", a déclaré Bach.

Cartes postales d'Auschwitz

Avant de rencontrer Eichmann, Bach avait déjà entendu des histoires terrifiantes à son sujet.

Eichmann avait forcé les détenus des camps d'extermination à écrire des cartes postales à des amis et à des proches vantant la beauté d'Auschwitz, pour les encourager à monter à bord de trains qui les transportaient jusqu'à leur mort.

"C'était ma première connexion indirecte avec l'homme avec qui nous avions affaire", a expliqué Bach à l'AFP.

Quand ils ont parlé pour la première fois, Bach a déclaré avoir informé Eichmann qu'il dirigeait l'enquête.

"Je lui ai dit que s'il avait des problèmes particuliers, physiques ou autres, ou (concernant) sa famille, alors bien sûr je serais prêt à lui parler", a déclaré Bach.

Mais Bach a ensuite limité son contact direct avec Eichmann pour s'assurer qu'il n'entendait pas une divulgation qui l'obligerait à comparaître comme témoin, au lieu de servir de procureur.

Il a donné quotidiennement des instructions à la police sur la manière de mener l'interrogatoire.

Bach a également informé Eichmann qu'Israël veillerait à ce qu'il ait l'avocat de la défense de son choix. La famille d'Eichmann a choisi l'avocat allemand Robert Servatius.

Bach a rappelé un rare exemple où Eichmann a abandonné son attitude stoïque, mais pas pour une raison à laquelle il pouvait s'attendre.

L'accusé avait été traduit en justice pour voir des images du camp d'extermination nazi que les procureurs avaient l'intention de montrer comme preuves.

Bach a déclaré qu'il avait remarqué qu'Eichmann s'était agité pendant la projection et avait demandé ce qui le contrariait.

Eichmann s'est ensuite plaint "qu'on lui avait promis qu'il ne serait jamais emmené dans la salle d'audience à moins qu'il ne porte son costume bleu foncé, et qu'ils l'ont ici dans son costume gris et un pull gris", a déclaré Bach.

Eichmann, se souvient Bach, a insisté sur le fait "qu'ils ne devraient pas lui promettre quelque chose comme ça s'ils ne peuvent pas le garder".

«Nous avions fait notre travail»

Eichmann n'était pas le premier Nazi Bach rencontré.

Ayant grandi à Berlin, le quartier où se trouvait son école sioniste avait été rebaptisé place Adolf Hitler.

L'antisémitisme faisant rage au cours des cinq premières années du régime nazi, les Bach quittent l'Allemagne en 1938.

Ils ont réussi à sortir deux semaines avant Kristallnacht – la nuit du verre brisé – lorsque des voyous nazis ont déchaîné l'Allemagne, incendiant des synagogues, pillant des entreprises et tuant des dizaines de Juifs.

Alors qu'il courait sur une plate-forme pour prendre un train pour la Hollande, Bach a déclaré qu'il avait été frappé par un officier SS nazi.

"J'ai été littéralement expulsé d'Allemagne", a-t-il expliqué à l'AFP.

Après un séjour en Hollande, les Bach se sont installés dans l'ancienne Palestine sous mandat britannique.

Le procès d'Eichmann à Jérusalem a attiré une attention internationale massive et a contribué à façonner la compréhension mondiale de l'Holocauste grâce à l'abondance des preuves présentées.

Bach a dit qu'il était convaincu d'une condamnation mais comprenait que de nombreux Juifs s'opposaient à la peine de mort.

Il a exprimé des réserves sur la peine capitale mais a fait valoir qu'elle pouvait être justifiée pour des crimes de génocide.

Eichmann a été condamné à mort par pendaison le 15 décembre 1961. Après que son appel a été rejeté, il a demandé la grâce au président israélien Itzhak Ben-Zvi.

Fin mai 1962, les procureurs apprirent que le président devait rendre sa décision, mais il y avait une division sur le moment de l'exécution, en supposant que la clémence était refusée.

Certains ont soutenu "qu'il n'y avait pas de précipitation", se souvient Bach – mais il n'était pas d'accord, craignant qu'un sympathisant nazi quelque part ne puisse enlever un enfant juif et menacer de leur faire du mal si Eichmann était mis à mort.

Bach a déclaré qu'il avait informé à l'époque que si la clémence était refusée "à 23 heures, nous exécutons à minuit".

"Et c'est ce qui s'est passé", a déclaré le 1er juin 1962, Bach.

"La police m'a invité à être présent. Je ne voulais pas être présent. Nous avions fait notre travail."

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus

No Content Available