Le régime d'Assad réduit les subventions aux carburants alors que la crise économique s'aggrave

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Le ministère du pétrole et des ressources minérales du régime de Bachar Assad a annoncé samedi une réduction des subventions aux carburants automobiles, la dernière mesure pour faire face à une crise économique qui s'aggrave.

Le ministère a déclaré qu'il révisait à la baisse ses subventions au carburant, excluant de son système de rationnement les utilisateurs de voitures avec des moteurs de 2 000 centimètres cubes ou plus, ainsi que les propriétaires de plusieurs voitures.

Le carburant subventionné est distribué via un système de carte à puce, selon lequel les petites voitures reçoivent jusqu'à 100 litres (26 gallons) de carburant par mois à 250 livres syriennes par litre (36 cents par 0,25 gallon).

Le carburant non subventionné coûte presque le double du prix à 450 livres syriennes par litre (64 centres pour 0,25 gallon). La distribution des cartes à puce et la limite de carburant subventionné ont été introduites l'année dernière dans un contexte de pénurie croissante de carburant.

L'économie du pays ravagé par la guerre, qui souffre également d'années de sanctions, a vu la monnaie locale s'effondrer avant le dollar à la fin de l'année dernière. Cela a fait monter en flèche les prix des produits de base et a été rapidement suivi de restrictions imposées pour empêcher la propagation du coronavirus qui limitait les mouvements et le commerce.

Le prix des légumes et des œufs a augmenté de 75% en mars et le régime comprenait du pain subventionné dans le cadre du système de carte à puce. Il a également interdit l'exportation de certains produits, dont les œufs et les produits laitiers, pour contenir la hausse des prix.

Le rapport sur la Syrie, qui suit l’économie locale, a signalé le mois dernier une baisse de la consommation de pétrole d’environ 50% en raison des restrictions de déplacement des coronavirus – une baisse qui a probablement nui aux revenus du régime. Le régime produit une partie de son carburant pour les besoins intérieurs mais achète le reste à l'Iran, qui étend une ligne de crédit à Damas, qui à son tour la vend pour un profit sur le marché.

Les restrictions à la circulation sont progressivement levées. Les transports publics reprennent leurs activités dans les provinces à partir de dimanche.

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus

No Content Available