Laminute.info: site d'actualité générale

L'Égypte Sissi utilise une épidémie de coronavirus pour étendre ses pouvoirs

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Le président égyptien Abdel-Fattah el-Sissi a approuvé des modifications à l'état d'urgence du pays qui lui accordent, ainsi qu'aux agences de sécurité du pays, des pouvoirs supplémentaires, dont le gouvernement affirme qu'ils sont nécessaires pour lutter contre l'épidémie de coronavirus.

Un groupe international des droits de l'homme a condamné les amendements, affirmant que le gouvernement a utilisé la pandémie mondiale pour "étendre, et non réformer, la loi d'urgence égyptienne abusive".

Les nouveaux amendements permettent au président de prendre des mesures pour contenir le virus, telles que la suspension des cours dans les écoles et les universités et la mise en quarantaine de ceux qui reviennent de l'étranger. Mais ils comprennent également des pouvoirs étendus pour interdire les réunions publiques et privées, les manifestations, les célébrations et d'autres formes de réunion.

Le gouvernement mène une répression sans précédent de la dissidence depuis 2013, date à laquelle el-Sissi est arrivé au pouvoir, les manifestations non autorisées étant interdites depuis des années.

Les amendements, qu'el-Sissi a signés vendredi, permettent également aux procureurs militaires d'enquêter sur les incidents avec des officiers de l'armée chargés de l'application des lois lorsqu'ils sont ordonnés. Le procureur civil en chef du pays aurait la décision finale sur l'opportunité de traduire les affaires en justice. La loi modifiée permettrait également au président de reporter les taxes et les paiements des services publics ainsi que de fournir un soutien économique aux secteurs touchés.

Le Parlement, qui regorge de partisans d'el-Sissi, a approuvé la mesure le mois dernier. L'Égypte est en état d'urgence depuis avril 2017, et le gouvernement a prolongé le mois dernier la mesure pour trois autres. La loi a été initialement adoptée pour donner au président des pouvoirs plus étendus pour lutter contre le terrorisme et le trafic de drogue. Le gouvernement a déclaré que les amendements étaient nécessaires pour combler un «vide» juridique révélé par l'épidémie de coronavirus.

L'Égypte, avec une population de 100 millions d'habitants, a signalé au moins 504 décès parmi environ 8 500 cas confirmés. Cependant, seuls cinq des 18 amendements sont clairement liés à la santé publique, et les nouveaux pouvoirs peuvent être utilisés chaque fois qu'un état d'urgence est déclaré, a déclaré Human Rights Watch.

"Certaines de ces mesures pourraient être nécessaires dans les urgences de santé publique, mais elles ne devraient pas être ouvertes à des abus dans le cadre d'une loi d'urgence non réformée", a déclaré Joe Stork, directeur du groupe basé à New York pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord. " «la sécurité nationale et l'ordre public» comme justification reflète la mentalité de sécurité qui régit l'Égypte d'el-Sissi. »

En réponse à la pandémie, l'Égypte a interrompu les voyages aériens internationaux et fermé des écoles, des universités, des mosquées, des églises et des sites archéologiques, y compris les célèbres pyramides de Gizeh. Un couvre-feu est en place à partir de 21 h à 6 heures du matin. Le verrouillage partiel doit se poursuivre pendant encore deux semaines, jusqu'à la fin du mois sacré musulman du Ramadan.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus