in

Selon une étude, les femmes enceintes ne courent pas plus de risques de COVID-19 que la population dans son ensemble

Les femmes enceintes ne sont pas plus susceptibles de devenir gravement malades avec COVID-19 que les autres femmes, selon une étude préliminaire en Grande-Bretagne, mais la plupart des femmes enceintes qui développent une maladie grave ont tendance à être aux derniers stades de la grossesse.

L'étude a porté sur 427 femmes enceintes admises à l'hôpital avec COVID-19, la maladie pulmonaire causée par le nouveau coronavirus, entre le 1er mars et le 14 avril. Elle a révélé que moins de 0,5% de toutes les femmes enceintes ont été admises à l'hôpital avec le et seulement 1 personne sur 10 environ avait besoin de soins intensifs.

Cela suggère que les futures mères ne sont pas plus à risque de COVID-19 sévère que la population plus large, a déclaré l'équipe de recherche dirigée par l'Université d'Oxford et le Royal College of Obstetricians and Gynecologists de Grande-Bretagne.

"(Cependant,) la plupart des femmes enceintes admises à l'hôpital étaient enceintes depuis plus de six mois, ce qui souligne l'importance de mesures de distanciation sociale continues dans les derniers stades de la grossesse", a déclaré Marian Knight, professeur à Oxford de santé maternelle et infantile. qui a co-dirigé le travail.

L'étude, qui n'a pas été évaluée par des pairs mais publiée en ligne lundi sur le site Web de MedRxiv, a également révélé que les femmes enceintes issues de groupes ethniques minoritaires et celles qui faisaient de l'embonpoint ou avaient d'autres problèmes de santé, tels que l'hypertension artérielle et le diabète, étaient plus susceptibles besoin d'une hospitalisation.

"Un très petit nombre de femmes enceintes tombent gravement malades avec COVID-19, et malheureusement certaines femmes sont décédées", a déclaré Knight dans un communiqué sur les résultats de l'étude.

"Il est préoccupant de constater que davantage de femmes enceintes de groupes ethniques noirs et minoritaires sont admises avec COVID-19 pendant la grossesse, et cela nécessite une enquête urgente."

Analysant les résultats pour les bébés nés de mères atteintes de COVID-19, les chercheurs ont déclaré qu'ils étaient «largement rassurants».

Bien que près d'un enfant sur cinq soit né prématurément et ait été admis dans une unité néonatale, moins de 20 bébés de l'échantillon étudié sont nés à moins de 32 semaines de gestation, ont-ils déclaré.

Environ 1 enfant sur 20 né de mères dans l'étude s'est révélé positif pour COVID-19, mais seulement la moitié de ces tests positifs l'ont été immédiatement après la naissance. Cela suggère que la transmission de l'infection de la mère au bébé est faible, selon les chercheurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

La chanteuse soul des Grammy Awards des années 1970 décède à 66 ans

Un planeur s’écrase dans le canton de Soleure