Le bilan des victimes de l'attaque de la maternité de Kaboul s'élève à 24

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

KABOUL –
Mercredi, des responsables afghans ont fait état de la mort de l'attaque militante contre une maternité à Kaboul, affirmant que 24 personnes avaient été tuées, dont deux nouveau-nés, leur mère et un nombre indéterminé d'infirmières.

Des militants ont pris d'assaut l'hôpital de Dashti Barchi, un quartier majoritairement chiite de la partie ouest de Kaboul, mardi matin, déclenchant une fusillade de plusieurs heures avec la police. Alors que la bataille faisait rage, les forces de sécurité afghanes ont eu du mal à évacuer l'établissement, qui est soutenu par le groupe humanitaire Médecins sans frontières, pour mener à bien des bébés et des jeunes mères effrénées.

Le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Tareq Arian, a initialement déclaré que 16 personnes avaient été tuées lors de l'attaque et que plus de 100 femmes et bébés avaient été évacués du bâtiment sous le feu. Wahid Majroh, le vice-ministre de la Santé publique, a fait état du nouveau bilan de 24 morts lors d'une conférence de presse mercredi et a déclaré que 16 personnes avaient été blessées dans l'attaque.

Parmi les personnes évacuées, 21 nouveau-nés ont d'abord été amenés à l'hôpital Ataturk de Kaboul, où le médecin Sayed Fared a déclaré que leur personnel fournissait des soins médicaux.

"Un nouveau-né avait une fracture osseuse et nous avons référé ce bébé à l'hôpital pour enfants Indira Gandhi", a-t-il déclaré. "Les 20 autres bébés sont hospitalisés ici et sont en bonne santé et sous notre observation."

Personne n'a immédiatement revendiqué la responsabilité de l'attaque, mais les talibans et le groupe État islamique visent fréquemment les forces militaires et de sécurité afghanes à Kaboul, ainsi que des civils. Les talibans ont nié avoir été impliqués. Dans le passé, la plupart des attaques à Dashti Barchi ont été menées par l'EI.

Dans un discours télévisé quelques heures après l'attaque, le président afghan Ashraf Ghani a annoncé que les forces de sécurité afghanes ne fonctionneraient plus dans la position défensive prise à la suite de l'accord de paix. Au lieu de cela, il a appelé les forces de sécurité à lancer des attaques contre les insurgés talibans.

"Les Taliban n'ont pas abandonné les combats et les assassinats d'Afghans, ils ont plutôt multiplié les attaques contre nos compatriotes et les lieux publics", malgré les appels répétés à un cessez-le-feu, a déclaré Ghani.

Ces derniers mois, des responsables afghans et américains ont déclaré que la filiale de l'État islamique en Afghanistan avait été affaiblie à la suite des incessants bombardements américains dans le bastion du groupe – l'est de la province de Nangarhar – ainsi que des opérations militaires des forces de sécurité afghanes et des attaques de l'EI rivaux, insurgés talibans.

Dans une attaque distincte mardi, un kamikaze a visé les funérailles dans le district de Khewa d'un commandant de milice progouvernemental local et ancien chef de guerre décédé lundi soir d'une crise cardiaque, tuant 24 personnes et en blessant 68.

Parmi les morts figurait Abdullah Lala Jan, membre du conseil provincial, tandis que son père Noor Agha, un législateur, a été blessé dans l'attaque. Le groupe État islamique a revendiqué la responsabilité de l'attentat à la bombe de Nangarhar dans un communiqué publié mardi soir sur sa branche médiatique, Aamaq.

L'écrivain Associated Press Maamoun Youssef au Caire a contribué à ce rapport.

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus

No Content Available