Un virus pourrait infecter plus de 200 millions de personnes en Afrique: modélisation OMS

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

PARIS, FRANCE —
Le nouveau coronavirus pourrait tuer 150 000 personnes en Afrique en un an à moins qu'une action urgente ne soit prise, selon une étude de modélisation de l'OMS qui indique que près d'un quart de milliard de personnes seront infectées.

Les auteurs de la recherche, publiée vendredi dans la revue BMJ Global Health, ont prédit un taux d'infection plus faible que dans d'autres parties du monde comme l'Europe et les États-Unis, avec moins de cas graves et de décès.

Mais alors qu'ils ont déclaré que de nombreux pays africains avaient été prompts à adopter des mesures de confinement, ils ont averti que les systèmes de santé pourraient encore rapidement être dépassés.

"Notre modèle indique l'ampleur du problème pour les systèmes de santé si les mesures de confinement échouent", ont déclaré les auteurs.

L'étude vient au milieu des avertissements sévères que COVID-19 menace une urgence sanitaire dans les pays en développement où les systèmes de santé fragiles sont déjà aux prises avec un éventail d'autres maladies chroniques.

Les experts du bureau Afrique de l'Organisation mondiale de la santé ont modélisé les taux probables d'exposition au virus et à l'infection dans les 47 pays de sa compétence régionale, ce qui exclut Djibouti, l'Égypte, la Libye, le Maroc, la Somalie, le Soudan et la Tunisie.

On s'attendait à ce que 231 millions de personnes, soit 22% (avec une fourchette de 16 à 26%) du milliard de personnes dans la région soient infectées au cours de la période de 12 mois – la plupart d'entre elles ne présentant que peu ou pas de symptômes.

Mais environ 4,6 millions de personnes devraient être admises à l'hôpital, alors que 140 000 seraient infectées par le COVID-19 et 89 000 seraient gravement malades.

Cela entraînerait environ 150 000 décès (entre 83 000 et 190 000) selon l'étude.

La modélisation estime ce qui se passerait pour chaque pays sur une période d'un an à partir du début d'une transmission communautaire généralisée et soutenue.

Les petits pays menacés

Les chercheurs ont averti que l'augmentation des admissions à l'hôpital pour COVID-19 détournerait des ressources déjà limitées pour s'attaquer aux principaux problèmes de santé dans la région, tels que le VIH, la tuberculose, le paludisme et la malnutrition, aggravant ainsi l'impact du coronavirus.

"La région connaîtra moins de décès, mais se produira davantage dans des groupes d'âge relativement plus jeunes, parmi les personnes précédemment considérées comme en bonne santé – en raison de maladies non transmissibles non diagnostiquées", selon le rapport, ajoutant que ces tendances étaient déjà en train d'émerger.

Les chercheurs ont déclaré qu'ils s'attendaient à ce que le virus circule probablement dans la région plus longtemps que dans d'autres pays, peut-être pendant plusieurs années.

On a estimé que la transmission était la plus importante dans les petits pays, Maurice ayant le risque d'exposition le plus élevé. Parmi les grands pays de la région, l'Afrique du Sud, le Cameroun et l'Algérie figuraient également parmi les dix premiers pour le risque d'exposition.

Les auteurs ont calculé ce risque en examinant le «facteur de rassemblement» de chaque pays (y compris la taille de la famille et la densité de la population), la facilité de mouvement probable des gens, les pratiques d'assainissement et d'hygiène.

Ils ont également inclus la météo. On ne sait pas si des températures plus chaudes ralentissent la propagation du COVID-19, bien que certaines recherches aient suggéré qu'il a cet effet sur d'autres coronavirus.

Les chercheurs ont pris en compte les mesures de chaque pays pour contrôler la propagation du virus, y compris l'éloignement physique.

Ils ont également examiné les facteurs de risque pour la santé – proportion de la population de plus de 65 ans, la prévalence du VIH (comme indicateur des maladies chroniques transmissibles) et le diabète (comme indicateur des maladies chroniques non transmissibles).

Le rapport supposait qu'environ 88% des personnes ne savaient pas qu'elles avaient le virus, avec des symptômes bénins ou aucun, tandis que 4% souffriraient d'une maladie grave ou potentiellement mortelle.

Ils ont appelé les pays à augmenter rapidement la capacité de soins de santé, en particulier dans les hôpitaux primaires.

Ce mois-ci, les Nations Unies ont déclaré que le nombre de décès dus à des maladies liées au sida en Afrique subsaharienne pourrait doubler si la fourniture de soins de santé aux personnes vivant avec le VIH était interrompue pendant la crise des coronavirus.

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus