Monde

Le Sénat américain approuve un projet de loi visant à sanctionner la Chine pour la répression ouïgoure

Le Sénat américain a approuvé jeudi une loi appelant l'administration du président Donald Trump à durcir sa réponse à la répression de la Chine contre sa minorité musulmane ouïghoure, la dernière poussée à Washington pour punir la Chine alors que Trump reproche à Pékin d'aggraver la pandémie de coronavirus.

Le projet de loi bipartite, présenté par le sénateur républicain Marco Rubio, appelle à des sanctions contre les responsables de la répression des Ouïghours et d'autres groupes musulmans. Il désigne spécifiquement un membre du puissant Politburo chinois comme responsable de "violations flagrantes des droits de l'homme" à leur encontre.

Le Sénat dirigé par les républicains a adopté le projet de loi à l'unanimité, sans vote par appel nominal. Passage envoie la mesure à la Chambre des représentants dirigée par les démocrates, qui doit l'approuver avant qu'elle ne soit envoyée à la Maison Blanche pour que Trump signe une loi ou un veto.

La décision du Sénat intervient dans un contexte d'aggravation constante des relations entre l'administration Trump et Pékin à propos de la pandémie mondiale de COVID-19, que Washington a imputée au manque de transparence de la Chine concernant la flambée initiale là-bas.

La Chine nie avoir mal géré l'épidémie et a condamné les mesures visant à adopter une législation en faveur des Ouïghours comme des attaques malveillantes et une grave ingérence dans ses affaires intérieures qui affecterait la coopération bilatérale.

Les Nations Unies estiment que plus d'un million de Ouïghours musulmans ont été détenus dans des camps dans la région chinoise du Xinjiang ces dernières années. La Chine nie tout mauvais traitement des Ouïghours et affirme que les camps dispensent une formation professionnelle.

En novembre, la Chambre des États-Unis a approuvé à une écrasante majorité un projet de loi appelant à des sanctions contre les hauts responsables chinois responsables de la répression du Xinjiang et a spécifiquement nommé le secrétaire du Parti communiste de la région, Chen Quanguo, qui, en tant que membre du Politburo, fait partie des échelons supérieurs de la direction chinoise.

Le projet de loi du Sénat mentionne également Chen, ainsi que l'ancien secrétaire adjoint du parti du Xinjiang, Zhu Hailun, comme étant directement responsable des abus.

La Chine a prévenu par le passé de représailles "en proportion" si Chen était ciblé.

Son ambassade à Washington n'a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire sur la décision du Sénat.

Le projet de loi du Sénat appelle également les entreprises ou individus américains opérant dans la région du Xinjiang à prendre des mesures pour s'assurer que leurs chaînes d'approvisionnement ne soient pas "compromises par le travail forcé".

Rubio a coparrainé en mars un projet de loi distinct visant à empêcher les produits fabriqués par le travail forcé au Xinjiang d'atteindre les États-Unis.

Le républicain James Risch, qui préside la commission sénatoriale des relations étrangères, et son principal démocrate, Bob Menendez, ont qualifié la décision de jeudi "d'étape importante dans la lutte contre les violations généralisées et horribles des droits de l'homme du gouvernement chinois totalitaire".

Ils ont exhorté la Chambre à adopter la législation rapidement et à l'envoyer au président pour qu'il soit promulgué.

Comments

0 comments

Tags
Loading...

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

Veiller activer le bloqueur de publicité afin de naviguer sur notre site. Merci pour votre compréhension.