« Ca a quelque chose de surréaliste », admet le patron de Dortmund

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Un derby Dortmund-Schalke au temps du coronavirus, « ça a quelque chose de surréaliste », a noté samedi le patron du Borussia Dortmund Hans-Joachim Watzke, dont l’équipe s’est imposée 4-0 pour ce match de reprise après dix semaines de pause forcée.

« Ca a quelque chose de surréaliste: dans les deux heures avant le match, tu reçois des SMS du monde entier, des gens qui te disent qu’ils vont voir le match à la télé, et ensuite tu traverses ta ville en voiture et il ne se passe absolument rien. Il faut s’habituer », a déclaré Watzke, qui a également renoncé à se rendre dans le vestiaire après le match comme il en a l’habitude, « pour minimiser les risques ».

Interrogé sur les risques de contamination au coronavirus, malgré les strictes mesures sanitaires mises en oeuvre dans le football, le directeur exécutif du BVB s’est montré fataliste: « Il y a des risques partout où il peut y avoir erreur humaine, c’est comme ça partout dans le monde », a-t-il dit.

« Nous avons élaboré un protocole que l’étranger nous demande (de partager), parce que les autres pays aimeraient bien l’avoir (…) Le fait que nous puissions jouer, c’est aussi grâce à nos dirigeants politiques, qui ont apparemment fait beaucoup de choses correctement, sinon nous ne serions pas dans une meilleure posture que bien d’autres pays », a-t-il conclu.

L’Allemagne comptait samedi officiellement 7.881 décès dûs au coronavirus, soit beaucoup moins que ses voisins qui organisent les autres championnats majeurs: l’Italie, l’Espagne et la Grande-Bretagne.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus