Un média égyptien indépendant a annoncé l'arrestation d'un rédacteur en chef

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

LE CAIRE –
Un éminent média d'investigation en Égypte a déclaré que les forces de sécurité avaient arrêté dimanche son rédacteur en chef, la dernière arrestation au milieu d'une répression plus large contre la dissidence et les médias.

Mada Masr, l'un des rares sites d'information indépendants en Egypte, a déclaré que Lina Attalah avait été arrêtée à l'extérieur du complexe pénitentiaire de Tora au Caire. Le média a déclaré qu'elle menait une interview avec Laila Soueif, la mère de l'activiste emprisonnée Alaa Abdel Fattah.

L'avocat d'Attalah, Hassan el-Azhari, a déclaré à l'Associated Press que son client était accusé d'avoir filmé une installation militaire sans autorisation – se référant probablement à la prison de Tora, qui est considérée comme une installation militaire.

Les procureurs ont infligé une amende à Attalah de 2 000 livres égyptiennes (125 $) et ordonné sa libération, a déclaré el-Azhari. Elle a été renvoyée dans un poste de police du district de Maadi, dans le sud du Caire, pour finaliser les procédures. El-Azhari a déclaré qu'il était à la prison en attendant sa libération.

Mada Masr avait précédemment tweeté que des responsables du poste de police avaient déclaré qu'Attalah serait interrogé lundi par les procureurs.

Le gouvernement du président égyptien Abdel Fattah El-Sissi a harcelé à plusieurs reprises Mada Masr et ses journalistes. En novembre, les forces de sécurité ont fait une descente dans ses bureaux, détenant brièvement Attalah et deux autres journalistes.

Le raid de novembre est survenu juste un jour après que Mada Masr a déclaré que les forces de sécurité avaient arrêté l'un de ses rédacteurs en chef, Shady Zalat, depuis son domicile au Caire. Zalat a ensuite été libéré.

Amnesty International a qualifié la détention d'Attalah de "développement choquant" et a appelé à sa "libération immédiate et inconditionnelle".

Abdel Fattah, le militant emprisonné à la prison de Tora, avait déjà purgé une peine de cinq ans de prison pour avoir violé l'interdiction de protester contre l'Égypte. En septembre, peu de temps après sa libération, il a été de nouveau arrêté au milieu d'une répression généralisée qui a suivi de petites manifestations exigeant la démission d'el-Sissi – bien qu'il n'ait pas participé aux manifestations.

Le militant a entamé une grève de la faim il y a plus d'un mois, et sa famille a du mal à le faire libérer au cours des derniers mois au milieu de la pandémie de coronavirus. Soueif, sa mère, a été brièvement arrêté en mars avec trois autres personnes après avoir organisé une manifestation pour exiger la libération des prisonniers en raison de l'épidémie de virus.

Mada Masr est l'un des centaines de sites Web bloqués par le gouvernement égyptien ces dernières années. Le point de vente a continué de publier sur des sites miroirs. Il a produit des articles d'enquête sur certaines des institutions gouvernementales égyptiennes les plus sensibles, notamment les agences de renseignement, l'armée et la présidence.

La détention d'Attalah est la dernière d'une répression de plus en plus prononcée par le gouvernement contre la dissidence et les médias. Plus tôt ce mois-ci, un journaliste local et un photographe indépendant ont été arrêtés pour avoir rejoint et financé un "groupe terroriste" ainsi que pour avoir diffusé de "fausses nouvelles" qui menaçaient la sécurité nationale.

Ces dernières années, l'Égypte a emprisonné des dizaines de journalistes et parfois expulsé des journalistes étrangers. Il reste parmi les pires geôliers de journalistes au monde, avec la Turquie et la Chine, selon le Comité à but non lucratif pour la protection des journalistes.

El-Sissi, un général devenu président, a supervisé une répression politique sans précédent, faisant taire les critiques et emprisonnant des milliers de personnes. En tant que ministre de la Défense, il a dirigé la destitution par l'armée en 2013 de Mohammed Morsi, le premier président démocratiquement élu du pays, après que le gouvernement d'un an de Morsi eut été source de division et déclenché des manifestations massives à l'échelle nationale.

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus

No Content Available