Une équipe de recherche chinoise prévoit de monter au sommet du mont Everest déserté

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Une équipe soutenue par le gouvernement chinois prévoit de monter au sommet du mont Everest cette semaine à un moment où le plus haut sommet du monde est fermé aux grimpeurs commerciaux.

Le mauvais temps a contraint l'équipe chargée de mesurer la hauteur actuelle de la montagne à retourner au camp de base, mais ils ont depuis repris leur ancienne position, a rapporté l'agence de presse officielle Xinhua.

Tant que le temps le permettra, l'équipe s'attend à atteindre le sommet vendredi matin, a déclaré Wang Yongfeng, directeur adjoint du centre administratif d'alpinisme de l'Administration générale du sport, selon Xinhua.

L'Everest chevauche la frontière de la Chine et du Népal et les deux pays ont annulé l'escalade printanière pour empêcher le coronavirus de se propager parmi les équipes d'expédition qui vivent généralement pendant des semaines dans des camps serrés à haute altitude avec peu d'accès à une aide médicale d'urgence.

Le réseau chinois de satellites Beidou, un rival du Global Positioning System américain, est utilisé pour étudier la hauteur et les ressources naturelles actuelles de la montagne. Des données sur l'épaisseur de la neige, le temps et la vitesse du vent sont également mesurées pour surveiller la détérioration des glaciers et d'autres impacts écologiques du changement climatique.

La Chine a effectué six relevés majeurs de la montagne connue localement sous le nom de Qomolangma, enregistrant sa hauteur à 8848,13 mètres (29029 pieds) en 1975 et 8844,43 mètres (29017 pieds) en 2005.

La Chine a également profité du manque de grimpeurs pour ramasser les ordures de l'Everest et d'autres sommets d'escalade populaires.

L'année dernière, trop de grimpeurs ont formé de longues files au sommet et certains sont morts du manque d'oxygène. Un total de 876 personnes ont atteint le sommet en 2019, selon la base de données himalayenne.

L'absence de grimpeurs cette année a causé de grandes difficultés aux guides Sherpa au Népal, qui n'ont pratiquement aucune source de revenus à part les touristes étrangers visitant les parcs nationaux et les itinéraires de randonnée en haute altitude.

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus

No Content Available