Monde

La Russie soutient le traité de surveillance après le retrait des États-Unis

La Russie continuera d’observer un traité international qui autorise les avions espions à accéder à l’espace aérien d’autres pays même si les États-Unis se retirent, ont déclaré vendredi des responsables.

Le traité Ciel ouvert permet à ses 34 membres à part entière d’effectuer des vols de surveillance non armés au-dessus d’autres pays membres dans un bref délai.

Mais le président américain Donald Trump a annoncé jeudi qu’il prévoyait de se retirer de l’accord, le dernier d’une série de retraits américains des principaux accords internationaux.

Washington a accusé la Russie de ne pas avoir suivi les règles du traité en bloquant les vols, affirmations démenties par Moscou.

Le vice-ministre des Affaires étrangères, Alexander Grushko, a promis que la Russie continuerait d’honorer ses engagements.

“Tant que le traité sera en vigueur, nous avons l’intention de respecter pleinement tous les droits et obligations qui nous sont applicables à partir de ce traité”, a-t-il déclaré à l’agence de presse RIA Novosti.

Le traité, qui a été signé en 1992 et est entré en vigueur en 2002, est considéré comme un outil important pour prévenir les conflits en permettant aux nations de surveiller l’accumulation d’armes.

Grushko a déclaré que la Russie “agissait sur la base du fait que tous les autres pays agiraient de la même manière” et “adopterait une approche consciencieuse des obligations des parties à ce traité”.

Le diplomate russe a déclaré que le retrait américain nuirait à la sécurité européenne et nuirait aux intérêts de ses alliés américains.

La France, l’Allemagne et huit autres pays européens ont déclaré vendredi qu’ils “regrettaient” la décision du président américain Donald Trump de sortir du traité de surveillance militaire mutuelle Open Skies avec la Russie.

“Nous regrettons l’annonce par les États-Unis de leur plan de se retirer du traité Ciel ouvert, même si nous partageons les préoccupations concernant la manière dont l’accord est appliqué par la Fédération de Russie”, ont déclaré les pays dans un communiqué conjoint publié par Ministère français des Affaires étrangères.

La Chine, qui n’est pas partie au traité, a exprimé son “profond regret” pour cette décision des États-Unis, la qualifiant de “démonstration de la mentalité bien ancrée des États-Unis pendant la guerre froide”.

Le retrait “aura un impact négatif sur le processus international de contrôle des armements et de désarmement”, a déclaré vendredi le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian lors d’un point de presse à Beijing.

Les ambassadeurs de l’OTAN se réunissent vendredi pour discuter du retrait américain, qui devrait prendre effet dans six mois.

La déclaration de vendredi a été signée par la France, l’Allemagne, la Belgique, l’Espagne, la Finlande, l’Italie, le Luxembourg, les Pays-Bas, la République tchèque et la Suède.

“Le traité Ciel ouvert est un élément crucial dans le cadre du renforcement de la confiance qui a été créé au cours des dernières décennies, visant à accroître la transparence et la sécurité de la zone euro-atlantique”, a-t-il déclaré.

Les nations européennes ont déclaré qu’elles travailleraient à résoudre les “questions en suspens” avec Moscou, y compris les “restrictions injustifiées” imposées sur les vols au-dessus de Kaliningrad, une enclave russe bordée par la Pologne et la Lituanie.

“Nous continuons d’exhorter la Russie à lever ces restrictions et à poursuivre le dialogue avec toutes les parties” au traité, ont-ils déclaré.

Le traité a été signé par des pays d’Europe, de l’ancienne Union soviétique, des États-Unis et du Canada.

Comments

0 comments

Tags
Loading...

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

Veiller activer le bloqueur de publicité afin de naviguer sur notre site. Merci pour votre compréhension.